Établissement privé pour garçons sous contrat d’association avec l’État

Le marathon littéraire du collège des Bernardins

Ce fut une expérience mythique. Le collège des Bernardins avait organisé, du 11 au 12 juin 2022, une déclamation de l’intégralité du texte de Notre Dame de Paris de Victor Hugo, sans interruption ! Ainsi, nuit et jour pendant plus de 22 heures, près de 60 comédiens professionnels et simples amateurs de littérature se sont succédé pour lire leur passage sous la voûte du collège des Bernardins.
A cette performance, le lycée Hautefeuille a été représenté à cinq reprises : 2 élèves de première : Malo Desjars et Martial de Lavergnolle, et 3 de seconde : Louis Chrétien, Colomban Domergue et moi-même, Cyprien.
A mon passage, en pleine nuit, à 1h40, un calme et une majesté respiraient dans le bâtiment gothique. Le silence régnait parmi les auditeurs allongés dans des chaises longues ou assis dans le public. Bien qu’un peu angoissé, je m’élançai au bureau et les mots du passage si préparé sortaient naturellement de ma bouche. Plus Frollo, le prêtre damné, avouait ses crimes, plus l’attention du public s’intensifiait et plus j’y prenais plaisir. Comme enivré, la lecture m’emportait, je ne voulais plus arrêter, tant l’exercice me plaisait. Au bout des dix minutes prévues, mon tour s’acheva et je cédai ma place à Colomban. Une bienveillance se faisait réellement sentir dans l’auditoire. Il suffisait d’un sourire ou d’un compliment pour me mettre à l’aise. L’organisation millimétrée favorisait une profonde sérénité et une lecture agréable.
Chaque lecteur, à sa manière, a vivifié son passage. Allant du plus théâtral au plus près du texte, tous les tons, si différent soient-ils, révélaient et mettaient en relief certains aspects de la narration. L’unicité et la beauté de ce marathon résidaient dans sa diversité de lecteur et de lecture. La prose  de Victor Hugo a été magnifiée dans ce défi hors du commun, et la participation de tous a permis la réalisation de cette aventure humaine exceptionnelle. Cette expérience sera probablement pour tous inoubliable et très enrichissante.
C’est un immense privilège qui a été fait à tous les lecteurs et en particulier aux amateurs et aux jeunes. Concentrer l’attention de tout un public dans un des plus beaux bâtiments du quartier latin était formidable. Représenter son lycée dans cet événement incroyable et rendre hommage à la cathédrale sinistrée fut également très marquant. Nous vous donnons rendez-vous l’an prochain pour Proust ou Dostoïevski.
Cyprien Menant 2A