Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Travail et vie chrétienne

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Réflexion > Travail et vie chrétienne

LA SANCTIFICATION DU TRAVAIL

Résumé du livre de J.-L. ILLANES, éd. Le Laurier

SITUATION

- Le Concile Vatican II a proclamé l’appel universel à la sainteté : les laïcs ont pour mission de chercher le règne de Dieu à travers la gérance des choses temporelles qu’ils ordonnent selon Dieu. Le monde, le travail sont redevenus ce qu’ils auraient toujours du être : un moyen de sainteté, non un obstacle.

- Le travail fait partie de l’ordre voulu par Dieu, aussi bien pour parachever la création que pour diviniser celui qui l’opère.

- L’Opus Dei axe sa spiritualité sur la sanctification du travail ordinaire.

- Dans la Bible, le travail est mentionné comme mission de l’homme, qui a été créé pour travailler. Jésus aussi, pendant les 30 ans de sa vie cachée, a été un travailleur. Saint Paul travaillait « jour et nuit » comme fabricant de tentes, tout en prêchant l’Evangile. Les premiers chrétiens étaient des travailleurs acharnés.

- Or, pendant le Moyen Age et jusqu’aux Temps Modernes, cette vérité a été souvent oubliée ou déformée, sous l’influence d’autres courants spirituels ou idéologiques. L’Opus Dei marque là une véritable révolution : destiné à des laïcs, il donne un caractère positif et même sanctifiant à leur tâche professionnelle.

L’OPUS DEI

- L’Opus Dei n’est pas issu d’une réflexion théorique : il est le reflet des lumières données par Dieu à saint Josémaria Escriva, le 2 octobre 1928. Une spiritualité qui s’adresse à des gens du monde, à des chrétiens courants. Dans cette vie ordinaire, il leur est demandé de vivre un christianisme radical, la perfection chrétienne : la sainteté.

- La vocation professionnelle fait partie de la vocation chrétienne. Dans notre vie humaine, dans la matière même de notre existence, il y a quelque chose de saint.

LES QUALITES DU TRAVAIL SANCTIFIE

Vie de foi et état de grâce

- Le travail, pour être sanctifié, doit être vécu dans une foi profonde. Il faut, en outre, être en état de grâce : on nomme ainsi l’amitié avec Dieu, que l’on peut perdre par le péché grave, et retrouver par la confession.

Perfection humaine

- « Vous n’offrirez rien qui ait une tache », dit la Bible. Ce travail doit être parfait, dans une perfection conforme à sa nature. Cette perfection suppose à son tour quatre conditions :

— La compétence professionnelle ou responsabilité
— La conscience de la présence de Dieu, qui pousse à agir à la perfection
— L’esprit de service : tout travail est un service, et requiert d’être fait par amour des autres
— L’esprit d’apostolat : un travail ouvert à la transmission de la bonne nouvelle de Jésus-Christ.

SE SANCTIFIER DANS LE TRAVAIL

Les vertus humaines

- Les vertus humaines sont le préalable indispensable aux vertus surnaturelles. Elles se situent en parallèle à la perfection humaine du travail. Pour accomplir son travail à la perfection, on doit cultiver ces vertus qui contribuent à la réussite professionnelle : le sérieux, la ponctualité, l’amabilité, l’honnêteté, la justice, la sobriété…

L’esprit contemplatif

- Vivre en présence continuelle de Dieu dans le travail, c’est être contemplatif au milieu du monde. Pour alimenter cette présence de Dieu, il faut quelques périodes de prière plus intense dans la journée : minutes de prière mentale, récitation du chapelet, Messe… Le fondement de cette vie spirituelle est le sens de la filiation divine, et elle se manifeste dans le soin des petites choses que l’on réalise pour Dieu, avec amour.

SANCTIFIER LES AUTRES PAR LE TRAVAIL

- La sainteté s’intéresse aux autres : c’est l’apostolat et toutes les œuvres de service.

L’apostolat de la parole

- Parler à ses amis, à ses collègues, de Dieu et de l’Evangile.

Le témoignage

- L’exemple personnel, l’unité de vie, l’engagement sont autant de « paroles vécues » qui se greffent sur la parole prononcée.

Bâtir la « civilisation chrétienne »

- Cet apostolat individuel a un retentissement universel. Le Royaume de Dieu sur terre est un royaume de joie, de liberté, de respect de l’autre, d’amitié, de compréhension, assumant la douleur ou la contrariété.

UNE THEOLOGIE DU TRAVAIL

- Une théologie du travail se fonderait sur ces quatre caractéristiques :

— Le travail comme transformateur de la nature, prolongation de l’œuvre créatrice de Dieu
— Le rapport du travail à la vocation de chaque homme
— Le travail et le monde de la fin des temps
— La douleur du travail et la Rédemption.

TRAVAILLER POUR DIEU

Réflexion destinée aux plus jeunes

- Parfois, un jeune se demande si le travail n’est pas un obstacle qui empêche de faire les choses qu’il aime : jouer, prier, parler avec sa famille et ses amis, se détendre, s’épanouir. C’est le contraire : le travail est un moyen d’aimer Dieu et de se construire, tout en faisant des choses utiles et intéressantes.

Dieu veut que l’homme travaille

- L’homme a été créé pour travailler : pour cultiver et garder le jardin d’Eden, même avant le péché originel, le premier péché. La peine du péché d’Adam et Eve n’est pas le travail, mais la fatigue qui l’accompagne. La Bible le dit : « L’homme a été créé pour travailler, comme l’oiseau pour voler. »Le travail est le propre de l’homme (comme le rire, la réflexion, l’amour inconditionné). Des animaux comme le castor ou l’abeille, donnent l’impression, eux aussi, de travailler ; mais ils n’ont pas de projet, et agissent selon leur instinct, toujours de la même manière. Jésus, notre modèle, a travaillé pendant 30 ans, d’abord comme élève, puis comme charpentier. Il faisait vivre sa famille.

C’est passionnant d’apprendre des choses nouvelles

- Apprendre est le premier travail des jeunes, et c’est quelque chose de passionnant. Quand Armstrong a mis le pied sur la lune, tout le monde suivait l’événement à la radio ou à la télévision, même si, pour certains, il était 3h du matin ! C’était enthousiasmant de découvrir les impressions du premier homme qui avait marché sur la lune. De même, les hommes qui ont découvert l’Amérique, ou l’Océanie, ou le Pôle Nord, ont fait vibrer les foules. Lorsqu’on ouvre un livre d’un grand auteur, qu’on découvre un théorème de mathématiques, ou qu’on apprend une langue, l’esprit acquiert de nouvelles capacités ; il devient plus précis, plus réaliste : c’est comme s’il explorait un nouveau continent.

Le travail manuel est également enrichissant

- Peindre un volet, ou changer une ampoule dans la maison, est un travail qui apporte un résultat immédiat et visible. On se rend compte qu’on a contribué à l’amélioration du cadre de vie de tous, et cela procure de la fierté et de la joie. Si on est très habile, réaliser une maquette, ou peindre une figurine, c’est vraiment enrichir ses capacités et développer en soi une excellence. C’est ce travail qu’avait demandé Dieu à Adam : cultiver et garder le jardin.

À travers ce qu’on fait, on devient ce qu’on est

- Chaque nouvel apprentissage, chaque nouveau travail est une nouvelle expérience qui nous fait découvrir nos capacités et nous permet de grandir. Notre esprit quitte l’imaginaire pour se rapprocher du réel. Nous relions plus soigneusement les événements à leurs causes, et nous devenons plus logiques et plus pratiques. Nous acquérons des vertus, c’est-à-dire de bonnes habitudes qui nous conduisent plus facilement à faire le bien. Nous devenons plus autonomes, plus rigoureux, plus exigeants envers nous-mêmes et plus efficaces.

Comment offrir son travail à Dieu ?

- Dieu est auprès de nous quand nous travaillons ; Il est même en nous, dans le fond de notre cœur, si nous ne le repoussons pas. Il suffit que nous nous rendions compte de sa présence et que nous Lui disions intérieurement : « Jésus, je t’offre mon travail. » Une simple intention suffit, et tout le travail devient prière. La concentration que nous y mettrons, l’intensité, le soin et la qualité du travail manifesteront notre amour pour Dieu : ne lui présentons pas une chose mal faite ! Ce serait le sacrifice de Caïn. Offrons-lui plutôt le sacrifice d’Abel : une œuvre bien finie, aussi parfaite que nous pourrons, nous, la réaliser. Travaillons comme le meilleur de notre classe, sans nous préoccuper des résultats, et cela plaira à Dieu.

L’Opus Dei, travail de Dieu

- L’Opus Dei est venu annoncer cette vérité très importante : le travail, tout travail, est une œuvre positive et enthousiasmante, que l’on peut offrir à Dieu. Le travail est une prière, transformée en action. Essayons de le vivre, et de l’expliquer autour de nous. Le plus important, c’est de le vivre : ainsi, il y aura une personne de plus qui aura trouvé un sens à son activité quotidienne.

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions 2018-2019

Toutes les informations pour les

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter