Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Rédactions de Cinquième (promo 2019)

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Les élèves > Rédactions de Cinquième (promo 2019)

Textes de 5e B

Le chef de phalange grec, qui avait une balafre sur la joue droite, se sentit voler dans un ciel de nuées. Il se réveilla et se trouva flottant dans la mer, ses soldats morts à ses côtés. Au loin, un navire perse de première classe s’éloignait.
À des centaines de lieues de là, un jeune élève athénien se réveillait en sueurs. Il courut voir son professeur :
« Maître, j’ai eu une vision ! L’armée athénienne s’est fait battre et notre flotte est coulée ! »
Le vieux fondit en larmes et alla prévenir le dirigeant de la cité, tyrannique mais sage.
De l’autre côté de la mer, les colonies grecques africaines étaient attaquées par des soldats numides, à cheval sur des zèbres.
Le jeune garçon, voyant cela dans le profond de lui-même, s’écria :
« Pourquoi tout cela ? Pourquoi en veut-on à la civilisation hellénistique ? »

Ce qu’il ne savait pas, c’est que des hordes celtiques se dirigeaient vers la côte grecque et voulaient asservir cette nation, longtemps dominante sur la terre et les eaux méditerranéennes.

Étienne Hor****i

***

L’homme s’approcha de sa destination.
Il était devant le majestueux baobab, immense, se détachant nettement dans cette savane africaine sur laquelle le soir tombait. Les girafes, les zèbres et quelques antilopes buvaient dans une mare presque asséchée. Ils devaient entrer dans le repaire du tyrannique directeur de la réserve. C’était lui, il en était sûr, ainsi que son « service », qui organisaient ce trafic d’ivoire d’éléphant. La balafre sur sa joue se détachait nettement par sa blancheur sur son visage empourpré. Il n’était qu’un élève espion, mais son professeur, qui l’avait placé sur cette importante mission, lui avait promis de passer espion de première classe s’il l’accomplissait parfaitement. Il devait voler une serviette, qui prouverait que le directeur était de mèche avec les trafiquants. Pour cela, il avait dû attendre que le directeur sorte, car il travaillait beaucoup, et il ne laissa l’occasion à notre homme de fouiller son bureau que très tard. Celui-ci entra, fouilla sans bruit, mais au moment où il trouvait ce qu’il devait rapporter à ses chefs, une voix retentit :
« J’ai finalement bien fait de revenir sur mes pas, vous avez eu peu de chance que j’oublie ma montre dans mon bureau », dit le directeur.

Timothée de Bea*******e

***

Il était une fois un professeur qui vivait dans une grotte et qui avait une balafre. Il demandait à ses élèves de tuer et de faire le plus de mal possible à tout le monde. On les vit voler des zèbres dans un zoo, massacrer la population, les écoles, les classes… Bientôt le peuple décimé, volé… supplia le vieillard tyrannique d’être épargné, mais celui-ci refusa.
Pourquoi faisait-il ça ? On raconte qu’il avait été exclu de la communauté des hommes parce qu’il était sorcier, et celui-ci se vengeait en utilisant des enfants qu’il avait recueillis. Bientôt tout le monde mourut, et sa folie l’amena même à tuer ses acolytes. Il fut le dernier survivant des îles Sandwich.

Pierre-Emmanuel Le***s

Textes de 5e A

Avoir un père pour professeur de français, c’est très ennuyeux ! Je me rappelle le vingt-cinq mai dernier, j’étais rentré à la maison le carnet à la main, le sac au dos, les larmes aux yeux : j’avais eu un zéro en mathématiques. Au bord de la dépression, je m’étais taillé bêtement en coupant du pain. Le couteau s’était enfoncé dans mon doigt. Je saignais énormément. Alors que je me précipitais au salon, où se trouvait mon père, plongé dans son journal. Il lisait un article sur une truite qui serait longue de deux mètres !
« Papa, je pisse le sang ! Je me suis coupé ! »
Le tapis qui était blanc pâle virait au rouge.
« Je vous prie, jeune homme, de parler correctement, je ne comprends pas ce langage familier », répliqua mon père sans prendre la peine de me regarder.
« Cher père, je prie votre majestueuse grandeur de venir m’aider à soigner ma blessure, qui n’est point anodine », répondis-je avec un effort.
Papa daigna enfin lever les yeux de son journal. Lorsqu’il me vit, son front basané se plissa :
« Guillaume, tu ne pouvais pas le dire plus tôt ? Tu pisses le sang, remue-toi à la cuisine ! Regarde-moi ce tapis, il a changé de couleur ! »
Je voulais répondre : « Je suis désolé, monsieur, mais je ne comprends pas votre langage grossier ; répétez, je vous prie », mais je m’en abstins. Pourquoi ? La vie avec un professeur de français était spéciale !

Benoît Br****r de ****

***

— La versification, qu’est-ce que ça vous évoque ? Oui, Rémi ?
Le cours était de plus en plus ennuyeux. Je n’y comprenais rien, avec toutes ces règles bizarres.
J’étais là, perdu dans un univers sans fin, et zéro chance d’en sortir. Bon, autant faire quelque chose quand même. Les vacances ? Quel beau sujet de rêverie !
Ah ! l’été dernier, quand j’étais allé rejoindre mon grand-père ! Au début, c’était horrible ! Je commençai à tomber dans la dépression, chaque jour étant aussi anodin que le suivant. Puis, grand-père m’avait acheté un carnet. « Pour dessiner tout ce que tu trouves spécial dans la nature », qu’il me disait.
Enfin quelque chose à faire ! Pourquoi ne pas commencer par le lac aux truites ? Ou les vingt nids d’oiseaux de l’arbre du jardin ?

Ce jour-là, je découvris à quel point ça pouvait être amusant, l’inconnu, si on y mettait de la bonne volonté !

Édouard Gi*****t

***

Arrivée dans cinq minutes, aéroport de Dakar, température extérieure : trente et un degrés. Ça y est, je suis sur le sol africain. Mon père, ingénieur, était là pour une affaire importante, et comme il avait eu deux billets d’avion, il m’avait emmené avec lui. Au programme de la journée : safari !
Après une heure d’attente (ce que c’était ennuyeux !), notre guide arrive enfin. Nous montons dans le 4×4, vers le désert. Deux heures plus tard, nous passons devant un rhinocéros.
« Alors, me dit mon père, à ton avis, est-ce un mâle ou une femelle ?
— Euh… une femelle ? répondis-je.
— Je te mets zéro sur vingt ! Allons, écris sur ton carnet : un rhinocéros avec une queue pendante est un mâle. »
Un peu plus tard, nous rentrons. Nous avons un dîner un peu spécial : de la truite confite. Quelques instants plus tard, une sirène retentit.
« Bah ! dit mon père, c’est un événement anodin ; quelqu’un a dû tomber en dépression. »
Ensuite nous allons nous coucher. Demain sera une journée encore plus passionnante.

Jean P******é du *****

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions

Toutes les indications pour l'inscription de votre fils.

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter

Quelques Amis de Hautefeuille