Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Réussir la dissertation

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Méthodes et vertus > Réussir la dissertation

La technique de la dissertation peut se résumer à ces trois points : introduire, argumenter, conclure.

1) Introduire

a) Les cinq Tentations pour amener le sujet

— Les Propylées : « Depuis la plus haute antiquité… », « Aucun problème ne nous paraît aussi controversé… ». C’est évident que le problème est important.
— La définition initiale : une grave erreur, surtout en philo, puisque tout le devoir devra conduire à cette définition.
— La solution anticipée : une grave erreur de stratégie, comme celle d’un roman policier qui donnerait sa réponse dès la page 1
— La situation préalable : situer le problème dans un autre problème plus vaste. Cela surprend et donne l’impression d’un débordement du sujet.
— L’exemple liminaire : une méthode séduisante, mais dangereuse, car ce n’est pas la place de l’exemple (on l’a vu pour le paragraphe).

b) Les cinq Voies pour amener le sujet

— Situer une notion par rapport à une autre
— Poser un problème sous une forme interrogative
— Trouver une bonne citation, mais à condition qu’elle cadre bien avec le sujet
— Trouver une raison d’actualité
— Dégager le sens de la formule ou insérer le texte dans son contexte

c) Structure de l’introduction

— Dissertation : amener le sujet, le citer (en entier si la citation est de longueur normale, en abrégé si elle est trop longue), poser la problématique, annoncer le plan
— Commentaire composé : Situer le texte par rapport à l’époque, l’auteur, l’œuvre, l’ouvrage ; thème, sujet, ton ; annoncer le plan du commentaire
— Texte argumentatif : l’introduire comme une petite dissertation, en amenant le sujet, en le citant, en posant le problème et en annonçant le plan.

2) Conclure

Il est souhaitable de rédiger la conclusion à l’avance, juste après le brouillon et l’intro. Pascal recommandait même de l’écrire à l’avance.

a) Les six sottises à éviter

— La conclusion-lapalissade. Cliché, lieu commun.
— La concl. apocalyptique. Hymne à Dieu, à la frat. universelle, au progrès.
— La conclusion moralité, ou conclusion-digest (on voit donc que ce problème a de nombreuses ramifications : une idée vide).
— La conclusion « poubelle », « dépotoir », « rajoutis ». Addendum, erratum.
— La conclusion-gigogne, qui ouvre plus d’une ou deux perspectives

b) Les six conclusions possibles

— Apporter une opinion personnelle
— Répondre à la question posée
— Ouvrir, le cas échéant, une perspective limitée
— Énumérer les différentes façons de traiter ce problème
— Poser le point d’orgue (mot de la fin, jolie citation)
— Éventuelles applications pratiques

3) Argumenter : le paragraphe et les transitions

— Le paragraphe est comme une petite dissertation. Il doit contenir une idée au maximum. Cette idée est introduite par une phrase de transition. Elle est développée par le cœur du paragraphe : une idée, un exemple. Le paragraphe se termine par une phrase de conclusion.
— Les transitions à éviter : mutation brusque, transition-fleuve, transition-camaïeu. Les transitions doivent être simples et s’imposer.

Documents joints

  • argumenter.introduire.conclure.doc - 109 ko

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions

Toutes les indications pour l'inscription de votre fils.

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter

Quelques Amis de Hautefeuille