HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

sous contrat avec l'Etat

Rédaction : le combat nocturne de Cyrano (avril 2019)

mercredi 1er mai 2019

Vous êtes ici : Accueil > Nouvelles > Rédaction : le combat nocturne de Cyrano (avril 2019)

LE COMBAT NOCTURNE DE CYRANO, par Grégoire

La rédaction qui suit a été réalisée en classe, en 1h50, par un élève de 4e.

Sujet : Un gazetier (journaliste de l’époque) raconte le combat nocturne de Cyrano contre les cent hommes qui attendaient Lignière à la Porte de Nesle, entre les actes I et II. Donne l’impression d’un article de journal à l’ancienne.

Paris, ville bruyante et remplie le jour, que l’on retrouve dans le petit brouillard de l’aube. Le silence d’une cité qui dort est seulement troublé par les quelques fiacres matinaux et les premiers étudiants qui flânent avant les cours. Certains magasins ouvrent déjà.
Monsieur de Frantzville se promène dans cette pâle lumière de début de journée. Avisant un petit vendeur de journaux, il l’interpelle et lui prend un exemplaire. Le premier titre lui fait hausser les sourcils et le plonge dans une lecture attentive.

UN NOUVEL HERCULE
Cent hommes contre un seul, issue terrible.

« Cette nuit, un combat d’une ampleur jamais égalée dans la capitale s’est déroulé près de la porte de Nesle. Un hmme, dont notre gazetier ne put retenir le nom, s’est battu seul contre une centaine d’hommes ayant voulu attenter à la vie d’un de ses amis, ivrogne et poète nommé Lignière. Nous vous donnons ici les détails de cette bagarre.
L’homme en question arriva à la porte de Nesle vers le coup de 11 heures, suivi d’une foule grossissante. Arrivé à l’endroit, il cria aux malandrins, si ce n’est de se rendre, d’au moins se montrer. Alors des formes apparurent et des personnes masquées arrivèrent peu à peu de derrière les charrettes où elles s’étaient dissimulées, sortant de ruelles avoisinantes, et même sautant de toits.
Des dizaines d’épéistes lui firent bientôt face, et, sans crier gare, l’attaquèrent tous en même temps. Leur adversaire, s’il fut surpris, ne le montra pas. Il sortit élégamment son épée du fourreau et, comme un tigre, bondit au milieu des assassins. Il commença à tournoyer, à feindre et à parer de tous les côtés, comme une danse endiablée. Les badauds, étonnés, ne perdaient pas une miette du spectacle qui leur était offert.
L’insensé bretteur sautait parmi les épées et fendait à volonté. Il disparaissait parfois sous la masse, pour mieux reparaître en fauchant quelques imbéciles qui s’étaient avancés d’un peu trop près.
Bientôt ; les premiers assaillants, ceux qui n’étaient pas encore tombés sous les coups, commencèrent à battre en retraite. Il ne resta plus au centre que deux combattants, dont on ne parvenait plus à voir les traits. Enfin, le maraud s’effondra pantelant sur le sol en criant « grâce ! » Alors, le fou, ou le héros selon les avis, rengaina son épée, s’inclina bien bas, et s’échappa par une ruelle.
N’ayant pu recueillir d’autres informations, le journal vous tiendra au courant d’une autre manifestation du mystérieux personnage. »

« Bof ! dit de Frantzville, après avoir lu l’article. Pas très réaliste, comme histoire. On ne sait plus quoi faire pour remplir les journaux, de nos jours. Bientôt, on nous chantera que Notre-Dame a brûlé ! Bon, allons voir Cyrano. Il m’a dit de venir à 9 heures… »

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions

Toutes les informations pour les

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter