Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Méthodes en Seconde

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Méthodes et vertus > Méthodes en Seconde

Les élèves de Seconde ont reçu une formation aux méthodes de travail du lycée lors de leur week-end d’intégration. Cette formation leur a été dispensée par les Terminales de la promo 2015. Nous publions ici les notes qui ont servi de support pour les formations.

Attention et concentration

Définition : L’attention favorise l’ouverture de tous nos sens à la réalité externe ou interne. Réception maximale de toutes les informations externes ou internes. Dans un milieu hostile : forêt, la nuit, naturellement extrêmement attentif : bruit, etc. Conjointement mobilisation de toutes les ressources de l’organisme pour un passage à l’action (tonus musculaire, cœur, poumons).
Ce qui arrive lorsqu’on passe un oral.
L’attention répond de façon non contrôlée à toutes sollicitations externes. On peut la canaliser : attention sélective.
La concentration au contraire ferme notre conscience à tout ce qui pourrait distraire notre esprit de la tâche qu’il s’est fixée. Elle favorise une utilisation maximale de la mémoire de travail pour :
- Percevoir
- Enregistrer
- Rechercher
- Traiter les informations
- Faire des plans
- Prendre des décisions
Elle sert à bloquer l’arrivée de toute information qui pourrait nuire à la réflexion.
Deux facultés très utiles à l’apprentissage ; par exemple :
- ne pas perdre une information (devoir limité à un aspect pas écouté et on fait tout).
- recommencer à travailler sans perte de temps après avoir été dérangé (appel téléphonique)

Aspects dont il faut tenir compte

Fatigue due à l’effort d’attention et de concentration.
Durée de l’effort rend l’attention et la concentration difficile
Idem pour complexité, abstrait, nouveauté
Le besoin de concentration est variable. Compréhension, faire le plan d’un devoir, vocabulaire anglais, ranger, planifier.

Facteurs favorables et défavorables

- Environnement matériel adapté : le petit frère qui joue dans l’espace de travail
- Horaire de travail avec plan des tâches à réaliser : démarrage rapide ; pas de doute de rater une priorité ;
- Organisation du travail pour faire moins d’effort : gagner en productivité. (ordre, écriture lisible, visuel)
- Pas d’hygiène de vie : nourriture déséquilibrée, pas d’horaire : on travaille moins bien après avoir pris du vin à midi (même très peu).
- Préoccupation personnelle : fuite dans la chambre, engagement que l’on ne peut tenir.
- Vision pessimiste de l’avenir : peur de l’échec, sujet au stress, anxiété.
- Langage intérieur démobilisant, négatif.

Symptômes d’un manque d’attention ou de concentration

- Lenteur à commencer : cela fatigue, nuit à l’attention et à la concentration, démobilise.
- Difficulté à résister aux sollicitations internes de l’environnement : soif qui conduit à boire un verre ; envie de se couper les ongles ; téléphone ; voir les mails : voir les nouvelles.
- On coupe la tâche en cours pour faire autre chose.
- On « décroche » pendant la lecture. Une page sans rien retenir. Aucune idée de ce que l’on vient de lire
- Etre obsédé par une idée récurrente une pensée qui nous hante et qui nous empêche de nous concentrer ;

LE FONCTIONNEMENT DE L’ATTENTION

Rôle de la motivation

Motivation forte intérêt fort

- Démarrage rapide
- Résistance aux distractions (guerre de tranché)
- Approche profonde de la matière

Motivation absente ou faible

- Résistance à se mettre au travail, grosse dépense d’énergie
- Anxiété car on constate l’inefficacité
- Superficialité, passer les examens, le minimum.
>>Réfléchir sur son type de motivation pour s’orienter vers l’acquisition d’une motivation idéale.

Ce qui peut nous aider :

- Respect des temps prévus. (éviter les dépassements)
- Ne jamais aller jusqu’à l’écœurement
- Se donner un système de récompense. Etre satisfait de soi même et le communiquer.
- Se connaître et s’entraîner
- Savoir si une tâche demande beaucoup ou peu de concentration. Si on est bon en math un exercice est comme un défi que l’on aime relever. En revanche un devoir de français peut être un calvaire.
- Faire en sorte d’accroître nos périodes de travail à haute concentration.

La fatigue

- Travail fatigue => limiter les sources de dérangement (la tondeuse) ; chercher à faire plus avec moins d’effort.
- Adapter le travail aux conditions de concentration : les heures très productives pas pour ranger ou s’organiser.

Comment être concentré en cours

- La prise de note aide à la concentration.
- Se mettre au travail dès le début du cours.
- Lutter contre les distractions qui peuvent survenir (bavardages, bruit…)
- Ne pas participer aux distractions qui se font dans la classe.
- Essayer de répondre de façon mentale aux questions posées par le professeur.
- Avoir un espace de travail où ne se trouvent que des éléments utiles pour travailler.

Gestion du stress

Le stress : réaction de l’organisme qui se déclenche dans certaines situations perçues, à tort ou à raison, comme potentiellement menaçantes pour son équilibre interne.
Difficulté : ce sont des situations qui ne dépendent pas de nous il est donc difficile de les reproduire.
Un stress limité est bon
Modifications psychologiques pour faire face à la menace
- Sécrétion d’adrénaline
- Augmentation du tonus musculaire
- Accélération du rythme cardiaque et respiratoire
- Ralentissement des fonctions digestives
- Attentions soutenue
- Mobilisation des fonctions intellectuelle.
Avec un peu de stress on fait beaucoup plus que sans.
Youri raconte qu’un père a vu son enfant mordu par un requin, il a sauté à l’eau et a réussi à jeter le requin sur la plage. Il a réessayé sans succès.

En cas d’excès de stress :

Conséquences physiologiques

- Transpiration
- Rougeurs
- Gorge nouée
- Tremblements
- Vue brouillée
- Champ perspectif réduit

Conséquences psychologiques

- Sentiment de perte de contrôle
- Peur panique
- Incapacité de se rappeler de quelque chose
A l’intérieur de certaines limites et pour une courte durée le stress favorise le fonctionnement intellectuel. Mais s’il est trop intense ou durable, l’organisme va se fatiguer à lutter contre ce stress.

Conséquences physiques les plus courantes :

- Maux d’estomac
- Trouble du sommeil
- Etat de fatigue continuel
- Désintérêt général
Je suis stressé, j’ai un nœud à l’estomac, je ne dors pas, je me lève épuisé la durée de l’examen, me mets par terre et si c’est un oral je perds tous mes moyens.

Rôle de l’affectivité dans l’étude

L’affectivité et l’étude sont très liées. Nos jugements sur l’étude influencent nos réactions émotives et vice versa, les émotions vécues nourrissent des pensées du même ordre.
Impression de dominer une matière va me rendre satisfait, content. Le fait d’être content – par exemple d’avoir une bonne note – me donnera une vision positive de cette matière ; j’aurai envie et plaisir à l’étudier voire à l’approfondir.
Le bon en maths mais nul en français qui est interrogé par le prof de français qui lui donne une bonne note.
Nos réactions émotives sont proportionnelles :
- Aux buts personnels que nous poursuivons
- A la valeur que nous leur attribuons
- Au sentiment de compétence à les atteindre
- A l’importance de la réussite pour notre amour propre
- Aux enjeux psychologiques
- Aux enjeux économiques
- Aux autres enjeux
Mais l’émotivité trop forte est nuisible à l’apprentissage
- Nuit à la concentration
- Rend le fonctionnement intellectuel plus erratique, plus incertain
- Le sentiment de ne pas être efficace dans une tâche à souvent l’effet de nous
rendre encore plus émotif et encore moins efficace.
- Lors d’un examen cela peut aller jusqu’au blocage des facultés intellectuelles :
blancs de mémoire, perception troublée, réduction du champ mental, difficulté à
raisonner, sentiment de confusion.
ON PEUT APPRENDRE A CONTROLER SES EMOTIONS DE FACON POSITIVE ET AINSI FAVORISER SON FONCTIONNEMENT INTELLECTUEL

Comment prendre des notes ?

Il est nécessaire de prendre ses cours sous forme de notes. Comment faire ? Pour cela plusieurs étapes sont à respecter.

1) Se concentrer sur le cours.

On écoute le professeur avec attention pour distinguer ce qui est utile à retenir et ce qui est accessoire. Si le professeur répète plusieurs fois la même chose on peut en déduire que cela est utile.
Dans la prise de note on ne cherche pas à tout prendre mais uniquement ce qui est utile pour le cours, notamment en vue d’un contrôle.

2) Se concentrer sur ce que l’on écrit.

Dans la prise de note il faut écrire vite pour rester à la même mesure que les paroles du professeur. Pour écrire vite il faut se concentrer sur ce que l’on écrit et uniquement sur cela. Ce qui signifie que je passe le cours à écouter et à écrire, et non pas à mettre en forme mon cours ou à le colorier. Le surlignage, le soulignage ou les couleurs que je met pour me repérer je le fais chez moi.

3) Utiliser des abréviations.

Pour prendre des notes rapidement il faut utiliser des abréviations. Je n’écris pas les
mots en entiers mais sous une forme abrégée. Il y a deux types d’abréviations, celles reconnues par tout le monde et celles que je peux me créer pour certains mots. Il est néanmoins déconseillé d’utiliser des dessins. L’abréviation doit être rapide à faire.
Exemple d’abréviations :
Pendant : pdt
Longtemps : lgt
Présent : pst
Temps : tps
- tion : t° (augmentation, augmentat°)
- ment : t (prélèvement, prélèvemt)
Homme : hô
Femme : fê
La liste n’est pas exhaustive, à vous de créer vos propres abréviations.

Comment apprendre

Voici une liste de symptômes typiques des problèmes d’ordre affectif, organisationnel ou cognitif qu’un étudiant est susceptible de vivre au cours de ses études. Si vous vous reconnaissez dans l’un ou l’autre de ces énoncés, suivez le lien pour voir s’il n’y a pas quelques conseils dont vous pourriez tirer avantage.

Les problèmes de confiance en soi

Je manque de confiance en moi – je doute de la réussite de mes études – j’ai des pensées défaitistes – je me culpabilise pour mes difficultés et mes échecs – je m’autocritique de façon très négative – j’ai le sentiment d’être moins bon que les autres étudiants – etc.
>> Comment développer un fort sentiment de compétence ?

Les problèmes de motivation

J’ai le sentiment d’être mal orienté – je n’ai pas vraiment de vocation – mes buts sont vagues – j’ai le sentiment de perdre mon temps – j’ai tendance à négliger mes études – je n’accorde pas la priorité à mes études - je me laisse aller – j’éprouve de la difficulté à me mettre au travail – je manque de persévérance - je remets systématiquement le travail scolaire au lendemain – etc.
>> Comment me motiver pour étudier avec plaisir ?

Les problèmes de stress

Je vis beaucoup d’anxiété face aux examens – j’ai tendance à paniquer lors des tests – je reste bloqué devant les difficultés – les travaux me stressent – je suis gêné de parler devant la classe – j’ai peur d’avoir à faire des exposés – j’ai le sentiment d’être débordé - etc.
>> Comment mieux gérer mon stress ?

Les problèmes d’impulsivité

Je ne prends pas toujours le temps de réfléchir – je me précipite - je réponds trop vite aux questions – j’agis d’instinct mais je le regrette souvent – je fais des erreurs stupides – j’agis vite sans penser aux conséquences – je dois souvent recommencer mon travail - etc.
>> Comment mieux contrôler mon impulsivité ?

Les problèmes d’attention et de concentration

Ça me prend du temps avant de me plonger dans une tâche et d’être efficace – j’ai de la peine à rester longtemps concentré - j’ai de la difficulté à résister aux distractions comme des bruits, du mouvement, des bavardages – je suis souvent dérangé par des pensées parasites - mes préoccupations personnelles m’empêchent de me concentrer – je « tombe dans la lune » quand je lis – j’ai tendance à m’endormir pendant les cours – je m’emballe facilement, j’ai trop d’idées qui se bousculent et ça me fait décrocher – le travail intellectuel me fatigue vite - etc.
>> Comment mieux gérer mon attention et ma concentration ?

Les problèmes de mémoire

J’ai souvent des trous de mémoire – j’ai de la difficulté à retenir ce que j’étudie - mes
connaissances s’évaporent après les examens – j’ai souvent l’impression de réapprendre des choses que je croyais acquises – j’oublie rapidement ce que je viens de lire – j’apprends par cœur, sinon je ne retiens rien – je confonds tout surtout lors des examens – avant un examen, j’ai l’impression de ne plus rien savoir - etc.
>> Comment mieux retenir ce que j’apprends ?

Les problèmes de temps et d’organisation

J’ai tendance à remettre au lendemain – j’étudie toujours à la dernière minute – j’ai de la difficulté à respecter mes propres horaires – j’ai toujours le sentiment de manquer de temps – je suis fréquemment en retard pour la remise de mes travaux – je bâcle souvent mon travail faute de temps – j’arrive régulièrement en retard en classe – je suis toujours débordé de travail en fin de session – je suis souvent mêlé dans mes papiers – ça me prend du temps pour retrouver un document précis – j’oublie fréquemment les dates de remise des travaux – je réalise souvent trop tard pour bien me préparer que j’ai un examen - etc.
>> Comment mieux planifier et gérer mon temps, et mieux organiser mon environnement d’études ?

Les problèmes de compréhension

Je lis mais souvent je ne comprends pas – il m’arrive régulièrement de sauter une information importante – je comprends fréquemment les consignes de travers – j’ai de la difficulté à sélectionner ce qui est important dans un texte – je ne sais pas trop quelle sorte de notes prendre dans mes cours – j’éprouve de la difficulté à produire un résumé – j’ai de la difficulté à faire des synthèses – j’ai de la difficulté à classer mes informations – je confonds souvent des notions - j’ai le sentiment d’être noyé dans trop de matière – je ne vois pas de liens entre la matière et mes projets personnels - etc.
>> Comment mieux exploiter l’information ?

Les problèmes de communication

J’ai des difficultés à me faire comprendre – je ne sais pas comment choisir ce qu’il faut dire et ne pas dire – j’en dis souvent trop – je n’en dis jamais assez – mes textes manquent de structure– je me répète souvent – j’omets souvent des informations essentielles – je n’emploie pas les bons mots – j’ai tendance à « dériver » vers d’autres sujets – j’oublie souvent une partie des consignes - je fais de nombreuses faute d’orthographe, de grammaire, de syntaxe, de ponctuation - etc.
>> Comment mieux communiquer mes idées ?

Les problèmes de résolution de problème

Je ne sais pas comment aborder le problème – je ne tiens pas toujours compte de toutes les données du problème posé – je réponds souvent à côté - je fais des erreurs stupides - je me perds, je n’avance pas, je tourne en rond – je saute sur la première solution qui me vient en tête – etc.
>> Comment mieux résoudre mes problèmes ?

Le travail le soir

Au lycée, il faut consacrer au moins 2 heures tous les soirs au travail personnel. Cette plage horaire est utilisée pour faire les exercices demandées, revoir ses leçons, revoir une interrogation ou un DST, s’avancer.
Comment organiser cette plage horaire ?
En rentrant à la maison, faire son emploi du temps de la soirée. Le fixer en fonction de ce que l’on doit faire, et des impératifs familiaux (heure des repas, heure du coucher, éventuellement des activités sportives ou culturelles).
Quand on arrive, prendre un bref temps de repos (goûter). Pas plus de 15 mn. Quand on travaille, faire pause de 5 mn toutes les heures.
Eloigner de soi tout ce qui peut déranger : télévision éteinte, téléphone, ordinateur, musique…
Travailler dans une salle calme, bien éclairée et bien aérée.
Commencer par les exercices. Evaluer le temps de travail nécessaire à leur réalisation.
Relire les leçons de la journée. Ici il s’agit de relire, non de chercher à apprendre. La relecture des leçons est indispensable pour fixer le cours et mieux suivre le lendemain. Elle facilite la mémorisation.
Apprendre les cours : nécessaire.
La révision des DST se fait mieux avec de larges plages de travail. Les mercredis après-midi, ou les demi-journées du week-end. De même, certains exercices nécessitent un temps de travail plus long que les 2 heures du soir.
Les DM peuvent être faits en plusieurs fois.

Horaire du coucher

Il est important de ne pas rogner sur l’heure du coucher et le temps de sommeil. Se coucher tard pour finir un travail montre que l’on est mal organisé, non que le travail donné soit trop long.
Si on se couche tard, on est fatigué le lendemain, donc on suit moins bien et on mémorise moins.
La fatigue favorise aussi les maladies et les coups de froid en hiver.
Travailler dans les transports
Ceux qui viennent en transport en commun peuvent mettre ce temps à profit pour travailler. Par exemple, relire un cours, ou bien lire un article ou un livre. Ou alors se détendre en écoutant de la musique. Ce n’est pas du temps perdu, à condition que l’on sache bien l’utiliser.

Documents joints

  • les_methodes_en_seconde.pdf - 626.9 ko

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions

Toutes les indications pour l'inscription de votre fils.

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter

Quelques Amis de Hautefeuille