Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Mais où sont passés les garçons ?

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Réflexion > Mais où sont passés les garçons ?

Les statistiques tombent et enfoncent le clou. Quelques chiffres au hasard :les 2/3 des jeunes sortant du système éducatif sans aucune qualification sont des garçons. En médecine 62% des titres de doctorat ont été accordés à des filles (2008), à l’Ecole Nationale de la Magistrature 82% sont des filles. L’Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort compte, en 2012 80% d’étudiantes. Dans l’ensemble de l’enseignement supérieur, 56% de filles. 86% des femmes contre 80% des hommes âgés de 20-24 ans sont titulaires d’un diplôme de second cycle de l’enseignement secondaire .
Il n’y a plus que dans les écoles d’ingénieur, de technologie ou d’informatique que les garçons soient largement majoritaires…pour combien de temps ?
Les rapports internationaux Pisa et Eurydice soulignent le retard des garçons par rapport aux filles. Eurydice parle même de crise de la masculinité.

Des chiffres qui devraient nous alarmer

Dans le parcours scolaire, dès le début les garçons sont en retard en lecture et écriture et forment l’essentiel des effectifs des structures pour enfants en difficulté ou au comportement violent. Plus souvent que les filles, ils font l’objet d’une « orientation » en cycle professionnel. Meilleures en français, les filles sont pratiquement à égalité avec les garçons en mathématiques. Bref. Quoiqu’on en dise, l’échec scolaire, c’est majoritairement un problème de garçons .

Nous nous réjouissons bien sûr du succès des demoiselles dans leurs études mais comment expliquer cette « supériorité » sur les garçons ?

Jean-Louis Auduc, directeur adjoint de l’IUFM de Créteil et auteur de Sauvons les garçons n’hésite pas à parler de fracture sexuée qu’il juge plus importante que la fracture sociale : au baccalauréat, les filles issues de milieux défavorisés obtiennent des résultats équivalents à ceux des garçons de milieux favorisés, dit-il.
Lorsqu’on sait qu’il y a 4 fois plus de suicides de garçons que de filles nous comprendrons qu’il est temps de se poser les bonnes questions. La tendance pourrait bien s’inverser et après les plans quinquennaux pour la promotion de la femme et l’égalité des genres il se pourrait bien que le féminisme devienne complètement has been et que sonne l’heure de la promotion des garçons.

Une société féminisée

Quelle place reste-t-il aujourd’hui pour les garçons, et même plus généralement pour les hommes ? Quand tout est jugé, pensé, pesé à l’aulne du compassionnel et du sentiment, quand le principe de précaution est devenu la norme et qu’on a le risque zéro pour toute ambition, quand les femmes se veulent identiques aux hommes et que les mères font un procès pour leurs fils tombés au champ d’honneur, bref, dans une société féminisée et castratrice, on peut comprendre que des hommes se sentent un peu de trop et se réfugient les uns dans l’homosexualité, les autres dans l’affirmation de soi par la violence gratuite ou encore dans la fascination d’un Islam viril et dominateur.
La Commission européenne admet : « Les chercheurs critiquent la forte féminisation de la profession d’enseignant car cette tendance favorise les filles et risque finalement d’être responsable des sous performances scolaires des garçons ». Mais en prenant néanmoins aussitôt ses distances : « S’agissant des avantages potentiels liés au fait de compter plus d’enseignants de sexe masculin dans les écoles, il n’y a aucune preuve claire de l’influence bénéfique d’une répartition plus équilibrée des sexes en termes numériques parmi les enseignants sur les performances des élèves. Seuls les enseignants (femmes et hommes) qui remettent en question leur propre rôle de genre et celui de leurs élèves peuvent générer un changement .

Absence de Pères

Dans cette société féminisée, quelles sont les figures du Père auquel ces adolescents vont pouvoir s’identifier ou être confrontés pour « grandir » ? 90% du corps enseignant est féminin, assistantes sociales et magistrats représentant la Loi, ce qui est traditionnellement le rôle du père, sont pour la plupart des femmes ; dans leur famille, bien souvent le père est absent, ou remplacé par un beau-père ; quand le père existe, ce n’est pas lui qui s’intéresse le soir au travail scolaire et il est plutôt assimilé aux loisirs du week-end.
Paul-François Paoli dans une analyse très sévère sur la féminisation de notre monde occidental montre comment les féministes ont mené une intense campagne de culpabilisation des hommes : « Elles ont voulu la peau du père : elles l’ont eue. Elles récoltent aujourd’hui la misère de leurs fils dépressifs, paumés et neurasthéniques » (trois ou quatre fois plus de suicides de garçons que de filles, rappelons-le). On demande aujourd’hui aux hommes « d’exprimer leurs émotions, d’avoir moins de poils, d’être plus compatissants, de savoir pleurer. »
Mais qui incarnera la Loi, la force, la virilité quand toutes ces notions sont devenues suspectes ? Paoli s’inquiète plus encore pour les fils de l’immigration qui appartiennent à une culture qui exalte la virilité et où l’autorité du Père est incontestée. Il voit là une explication à la séduction de l’Islam et à la violence d’une jeunesse qui ne sait plus à quelle autorité se confronter.

L’école faite pour les filles

La mixité, qui n’est pas forcément une mauvaise chose en soi, a été introduite précipitamment et pour de mauvaises raisons. Il s’agissait alors de problèmes de gestion et de démographie scolaire. L’impact pédagogique d’une éducation indifférenciée n’a pas du tout été seulement envisagé. Or, il semble qu’elle se soit faite à l’avantage des filles par rapport aux garçons. Combien de fois entendons-nous dire : « La présence des filles adoucit les garçons et les oblige à « se tenir » » ? Mais on n’entend jamais : « La présence des garçons « endurcit » les filles, ou les rend moins chipies » ! Là encore, à qui demande-t-on de changer et s’adapter ? Aux seuls garçons. En fait, on attend d’eux qu’ils soient moins…garçons.
Le rapport Eurydice , reconnait que « Le point faible des mesures actuelles résiderait dans le fait qu’elles se concentrent essentiellement sur les filles. Ainsi, alors que l’intérêt des filles pour la technologie suscite beaucoup d’attention, on s’intéresse moins aux garçons et à leur éventuel accès aux professions liées aux soins. Cependant, les rôles de genre ne peuvent être remis en question de façon efficace que si le changement se fait
dans les deux sens ».Or « Les initiatives d’orientation sensibles à la dimension de genre ont tendance à cibler plus souvent les filles que les garçons. »
Les exigences scolaires elles-mêmes, lorsqu’elles sont trop indifférenciées pour convenir aux deux avantagent plus les filles que les garçons. A différence de maturité inégale on demandera la même chose aux deux. Les garçons mis publiquement en état d’infériorité compenseront dans le domaine que la nature leur laisse, la force physique, mais utilisée à mauvais escient parce que mue par le ressentiment, terreau très favorable à la marginalisation et à la délinquance. Dans le meilleur des cas, l’école devient pour eux « un truc de fille » ; ils s’en désintéressent et leur désarroi identitaire ne fait que s’aggraver.
La recherche anxieuse et constante du risque zéro (risque physique bien sûr, car le risque psychologique et moral ne compte jamais) conduit les garçons qui ont-à la différence des filles- besoin d’éprouver leurs forces physiques jusqu’à leurs limites dans le défi, la compétition, l’aventure et le risque calculé, à des frustrations dangereuses.

Le refus de la différence sexuée se fait au détriment des garçons

A vouloir l’égalité des sexes entendue au sens faussé de « l’un peut-être à la place de l’autre et vice-versa (ou bien : interchangeabilité), peu à peu les hommes s’effacent discrètement, disparaissent et laissent complètement la place aux femmes. C’est un fait dans les petites choses comme dans les grandes. Mgr Anatrella donne l’exemple de la mode : naguère, les hommes portaient des jabots de dentelle, les femmes ornaient leurs toilettes de rubans et autres colifichets. Puis les femmes se sont mises à copier les hommes et à porter de la dentelle. Assez vite, les hommes ont renoncé à la dentelle et ça a été la naissance de la cravate.
Lorsque dans les églises, les petites filles furent admises comme enfant de chœur à la Messe, petit à petit, les servants de messe habituels s’en furent et dans maints endroits il n’y eut plus que des filles avant qu’il n’y en eut plus du tout. Il n’y a maintenant à nouveau d’enfants de chœur que là où il n’y a que des garçons.
C’est la même chose dans les métiers. Les garçons se détournent de la fonction publique car pour eux, c’est un métier de femmes. Et dans la liste des métiers féminisés que nous avons citée plus haut, dès que le nombre de femmes a surpassé celui des hommes, grâce à la politique d’égalité des sexes, de quotas et autres, le mouvement n’a pas pu s’arrêter et les hommes s’en détournent quasiment.

Rendre l’école aux garçons

Que faire alors ? Faut-il se résigner et se contenter de calmer le ressentiment, la déprime ou l’agressivité (refoulée ou non) de nos fils à coup de Ritaline dont l’usage en France commence à se banaliser ? Continuer à constituer des « cours de soutien » et structures ad hoc presque uniquement peuplés de garçons ce qui renforce encore leur sentiment d’infériorité ?
Ou alors, dire avec J.L. Auduc que si les garçons ne sont pas adaptés à l’école, il faut adapter l’école aux garçons ?
C’est -à-dire accepter de remettre en cause un certain nombre d’idées reçues sur le rapport entre la mixité ou la différence des sexes et l’égalité ? Même à l’Education nationale des voix s’élèvent comme en témoigne l’académie de Créteil qui a publié en 2009 les conférences d’un colloque sur la mixité à l’école. Jean-David Ponci, docteur en philosophie de la biologie, expert en éducation auprès des organisations internationales et délégué de la European Association Single Sex Education, commente ainsi ces travaux : « L’influence de l’école sur la fondation d’une société égalitaire ne dépend pas de la séparation physique des garçons et des filles, mais du contenu de l’enseignement. Associer la mixité à l’égalité et la non-mixité à l’inégalité est une simplification désastreuse ».
Néanmoins, si la non-mixité ne résoudra pas tous les problèmes, surtout si elle n’est pas plus pensée que la mixité, nous pouvons dire avec Michel Fize, sociologue spécialiste des questions de l’adolescence, qu’en termes d’égalité des sexes, « la mixité scolaire a échoué […] Au nom de la neutralité laïque, le système éducatif ne laisse aucune place aux différences. »

Accepter les différences sexuées

Le premier remède serait de reconnaître une bonne fois pour toutes qu’un garçon et une fille, un homme et une femme, c’est peut-être égal mais ça n’est pas semblable. Et foin de la théorie du gender ! Si, une fois adultes, les hommes veulent jouer aux femmes et les femmes se croire des hommes, c’est leur affaire, mais laissons au moins leur chance à nos enfants et adolescents. Elevons-les, aidons-les à grandir et à se construire conformément à ce qu’ils sont et qui est exprimé par le code génétique de chacune des milliards de cellules qui les composent. Etudes de genre (gender studies), oui. Mais réalistes et non idéologiques. Si c’est pour étudier la nature de l’homme et de la femme, leurs talents et leurs besoins, dans l’histoire comme dans les sociétés contemporaines, afin que chacun trouve sa place dans une société la plus harmonieuse et la plus juste possible. Oui. Mais si c’est pour les opposer les uns aux autres dans une course aux places et aux pouvoirs, par des quotas artificiels, ou pour nier leur différence et leur nature et brasser une humanité de plus en plus anonyme et stérile. Non
Ne nous laissons pas séduire, sous prétexte d’égalité des genres par un combat stérile contre la masculinité.

Revaloriser l’image du père et de l’autorité

Le rôle du père n’est plus à démontrer. Tous les Aldo Naouri, Michel Fize, Tony Anatrella, P-F Paoli et autres sociologues, pédiatres, psychiatres, philosophes, psychanalystes ont démontré comment le père, en étant présent à côté de la mère, détache l’enfant des jupes de celle-ci et lui fait prendre conscience, à la fois de ses limites et de son individualité. Le père incarne ensuite la Loi, ce qui est extérieur et ce qui s’impose, par rapport à l’affectivité subjective de la mère. Arrivant comme un tiers dans la relation fusionnelle initiale entre la mère et l’enfant, il ouvre celui-ci à l’altérité ; Cette étape permet la relation au monde et aux autres. Pour le jeune garçon, Il rend possible le processus d’identification dont il a besoin pour grandir. Selon la formule de Tony Anatrella, Il confirme son fils dans sa masculinité et révèle à sa fille sa féminité.
Les adolescents ont besoin de modèles masculins pour devenir des hommes, or, ceux-ci n’existent plus guère que dans le monde du sport ; et encore, s’il faut en croire Eric Zemmour, ces sportifs eux-mêmes magnifient « les nouveaux hommes féminisés » : boucle d’oreille, vêtements raffinés, produits de beauté… Il faut lire les pages 16, 17 et 18 de son essai Le Premier sexe sur les gloires du football et leurs petites amies mannequin.
Zemmour encore, fait le portrait-robot du « papa » moderne : « Les hommes modernes sont des papas poules qui langent, maternent, donnent le biberon,. Ils veulent eux aussi être porteurs de l’Amour et non plus seulement de la Loi. Etre des mères et non plus des pères. Des femmes, et plus des hommes ».
Il est urgent de redonner à l’homme dans la société toute sa place n’en déplaise aux féministes qui ne voient en lui qu’un macho et un concurrent. Pour cela, on revient au point précédent, souligner les différences ontologiques entre l’homme et la femme, non pas pour les opposer mais pour les accorder ; encourager les hommes à reprendre leur place dans les métiers d’autorité sur les enfants : l’enseignement, la justice (au moins celle des mineurs), métiers sociaux et éducatifs divers. ; valoriser l’autorité paternelle quand c’est possible, etc.

Permettre aux garçons d’être des garçons

Dans ce monde asexué, que reste-t-il aux garçons taraudés par le besoin d’affirmation de leur virilité ? Les expériences sexuelles et la violence ou délinquance.
Les garçons, par nature, aiment le risque et l’expérimentation de leurs limites. D’où la nécessité pour eux d’activités physiques intenses, d’aventures où tout n’est pas systématiquement et dans le moindre détail prévu, bordé et organisé. Ils ont besoin de stress et de compétition.
L’excès de règlementation et la judiciarisation du moindre bobo déresponsabilise les jeunes et démotive leurs cadres qui ne savent plus comment les occuper autrement qu’à regarder un match de foot…à la télé. J.L. Auduc cite une étude démontrant que plus la gestion de la cour de récréation est stricte (interdiction de jeux de balles, interdiction de sauter et de courir) plus les risques de comportements extrêmes tels que les arrêts volontaires de la respiration et les jeux du foulard, sont grands chez les garçons.
Mieux vaut une bonne « Baston » comme savent en faire les scouts, une équipe contre l’autre, à fond, avec sa violence contenue, ses règles et la conscience claire qu’il s’agit d’un jeu, plutôt que faire seuls ou en bande –vraiment ennemies, celles-là - l’apprentissage de la violence.
Par ailleurs, il faut que l’affirmation de cette virilité dans une violence autorisée mais contrôlée soit assortie d’une condition qui la tempérera : développer en même temps le sens de l’honneur, la droiture, la soumission à la loi et à l’autorité et l’attention portée au plus faible.
Mais les garçons ne sont pas seulement des être pleins d’énergie à dépenser, ils sont aussi de grands timides : par exemple, à l’école ils sont toujours inquiets du regard des filles. Ils n’oseront que rarement aller dans les groupes de théâtre ou d’art s’ils ne sont pas entre eux.

Proposer une pédagogie différenciée

On le voit, on n’élève pas un garçon tout à fait comme une fille. Et ce n’est pas là « reproduire les stéréotypes sexués » comme on dit, mais simplement faire preuve de réalisme.
Pour retenir l’attention des garçons et les faire progresser, il faut tenir compte de leurs goûts, de leurs aptitudes et de leur maturité. Il en est de même pour les filles bien sûr mais l’école mixte est devenue en fait une école pour les filles.
On ne peut pas demander la même chose au même moment aux deux. Il peut y avoir un décalage dans le temps, une manière d’aborder les sujets, des exigences différentes. L’Institut Libre de Formation des Maîtres a organisé en 2011 une formation sur l’éducation différenciée garçons/filles (cf. encadré). Les différents intervenants montrèrent tour à tour, en s’appuyant sur des données scientifiques comme sur l’expérience qu’on ne stimule pas les filles et les garçons de la même manière.
Par exemple, on retient plus facilement l’attention des garçons en privilégiant le mouvement, l’action (en histoire, les batailles, les évènements ; en littérature l’aventure ; en sciences, l’électronique, la mécanique) tandis que les filles seront plus sensibles à la vie quotidienne, à l’évolution des sociétés, à la description des sentiments, aux couleurs (cartes de géographie)…
Ils sont stimulés par le stress des examens ; Elles plutôt inhibées par le stress mais plus régulières dans leur travail, réussiraient mieux en contrôle continu.
Et beaucoup d’autres choses encore qui sont nécessaires à tous mais présentées et abordées sous un angle différent selon le sexe pour permettre à chacun de progresser au mieux de ses talents.

La mixité « un impensé » et la non-mixité « un interdit d’y penser »

« La mixité n’est pas un absolu » et un minimum de pragmatisme devrait pousser à diversifier l’offre. Sans aller jusqu’à remettre en cause systématiquement la mixité des classes qui peut être fructueuse, si elle est bien réfléchie, il apparaît réaliste d’envisager au moins des temps séparés dans certaines matières, des cours de soutien qui perdraient leur nom à connotation négative pour devenir lorsque c’est possible des temps de garçons ou des temps de filles, des activités extra ou parascolaires entre pairs, des listes de livres conseillés qui fassent la distinction entre les livres qui s’adressent plus à des filles qu’à des garçons (les garçons lisent beaucoup moins que les filles. 11 points d’écart PISA 2009. Pourquoi ?).
Mixité ou non-mixité il faudrait avant tout que les professeurs soient formés à cette pédagogie différenciée totalement négligée jusqu’à maintenant. Nous pourrions prendre exemple sur nombre d’autres pays qui nous ont précédés sur ce point avec des résultats encourageants. (cf. encadré) Nous cesserions peut-être alors de descendre, marche après marche, les palmarès internationaux.
Mais bien au-delà des palmarès et compétitions, il y va surtout de l’avenir et de l’équilibre psychique de nos fils et de notre société tout entière.
Claire de Gatellier

(voir encadrés ci-dessous)

Points de vue sur la mixité

Pour………….. « C’est un véritable projet de société. Il s’agit de favoriser une vision d’une école non discriminatoire à références démocratique, universaliste et pluraliste ».
José-Luis Wolf, Dr en Sc. Pédagogiques, professeur et coordonateur du service des Sciences de l’Education à l’Université Libre de Bruxelles. Cité par le site Veille-Education 30/01/12
« Personnellement, j’ai beaucoup souffert de la non-mixité. Je n’avais pas de frère et ne voyais plus mon père. J’ignorais tout du sexe masculin. Cela a suscité chez moi une forme de crainte de l’étranger ».
Une ancienne écolière.Site Veille-Education
« L’institution scolaire se doit de donner aux élèves une image représentative de ce qu’est la société, à savoir un mélange d’hommes et de femmes ». Un directeur. Site Veille-Education

Contre………… « La mixité scolaire a échoué, puisque l’égalité des sexes n’est toujours pas assurée ».
Michel Fize, sociologue français spécialiste des questions de l’adolescence.
« Les garçons jouent les durs pour affirmer leur virilité. Certains vont jusqu’à rejeter purement et simplement l’école, pensant peut-être qu’il s’agit là d’un acte digne d’un mâle, d’un vrai ». Marie Duru-Bellat, sociologue française et spécialiste de la psychologie sociale – Site Veille-Education

« Pour moi, la mixité est un leurre d’adulte. Les lycées mixtes ont d’abord été ouverts pour des raisons idéologiques et financières, sans que cela soit précédé, ni suivi, d’aucune étude scientifique. Donc on ne sait pas ce que provoque la mixité. »
Le psychiatre Boris Cyrulnik - Site Veille-Education
« Ne faisons pas de la mixité un absolu. Historiquement la cohabitation scolaire des filles et des garçons n’est pas du tout un principe républicain. Le principal argument de ses partisans consiste à dire que l’école doit mélanger filles et garçons, parce que la société elle-même est composée de femmes et d’hommes. Mais, dans la conception de la République, l’espace public ne représente pas la société civile, inégale par essence. Au contraire, il se bâtit en opposition à elle. L’école doit donc être un lieu protégé, et transcender la société par son aspect impersonnel et formel. En cela, la mixité marque donc plutôt un affaiblissement de l’idée républicaine. Dans les années 1960, elle avait pour objectif idéologique de lutter contre les inégalités entre les sexes, tout comme le collège unique, instauré à la même époque, avait pour objectif de lutter contre les inégalités sociales. Aujourd’hui, on se rend compte qu’il ne suffit pas de mélanger garçons et filles pour résoudre les problèmes relationnels entre les deux sexes !
Dominique Schnapper, membre du Conseil Constitutionnel et directrice de recherche à l’école des hautes études en sciences sociales. Express.fr 28/08/2003

« L’école s’est donc trouvée embarrassée par une mixité introduite subrepticement. Il n’y a pas eu de réflexion préalable sur les changements que cela introduisait. Et l’école a fait comme si elle pouvait continuer à se concentrer sur les apprentissages et les performances, en déniant les corps, la sexualité et les désirs, et plus généralement en négligeant sa vocation éducative.(…) Bref, on a fait comme si la mixité était suffisante pour garantir l’égalité, et elle est restée comme le rappelle Geneviève Fraisse, un impensé ». Colloque de l’IUFM de l’Académie de Créteil .La mixité à l’école : filles et garçons. 2009

« Mixité et non-mixité ne sont donc pas deux options incompatibles et à opposer systématiquement, puisqu’elles peuvent coexister au sein d’un même établissement. Il faut savoir reconnaître les avantages de l’une comme de l’autre pour construire une offre pédagogique efficace à l’échelon national. Diaboliser l’une de ces options ou s’interdire d’y penser se fait au détriment de l’efficacité de tout le système éducatif ».

J.-D. Ponci, docteur en philosophie de la biologie, expert en éducation auprès des organisations internationales, délégué de l’European Association Single Sex Education (EASSE) – Newsletter juin 2010

Une pédagogie différenciée

L’Institut Libre de Formation des Maîtres créée par Anne Coffinier a organisé en 2011 une journée de formation sur l’approche pédagogique différenciée garçons/filles.
Silvestre Baudrillart, professeur de français, latin, grec, et d’autres professeurs de math, histoire géographie et français ont développé cette approche dont le but est d’aider garçons et filles à obtenir les mêmes résultats possibles dans toutes les matières en surmontant les stéréotypes sexuels. Il faut éviter que les filles pensent que l’informatique ou la physique est l’affaire des garçons, et que les garçons considèrent que les langues, voire les bonnes notes, sont pour les filles.
Jean-David Ponci, philosophe biologiste, a mis en évidence le côté « naturel » par opposition à « culturels » de certains stéréotypes sexués. Il a souligné par exemple l’attirance naturelle des garçons pour « ce qui bouge » et des filles pour les couleurs en décrivant des expériences sur des singes, préservés de toute influence culturelle et qui succombaient pourtant aux mêmes stéréotypes. C’est ainsi que les singes mâles préfèrent jouer au camion plutôt qu’à la poupée, les nouveau-nées filles regardent les visages tandis que les garçons sont attirés par ce qui bouge et que l’expression des sentiments n’active pas les mêmes zones du cerveau chez les hommes que chez les femmes.
On note aussi des différences de métabolisme (qui explique que les garçons bougent plus) et aussi du système visuel qui ne leur pas appréhender, en premier, les mêmes réalités.
Après avoir évoqué les travaux du chercheur en neuroscience spécialiste de l’autisme (Cambridge), Simon Baron-Cohen, montrant que le cerveau masculin, plus enclin à systémiser fonctionne un peu différemment du cerveau féminin qui lui, est plus sur le registre de l’empathie, les intervenants ont donné des applications directes dans les classes.
Quelques exemples :
En math, pour une même série d’exercices, les filles plus consciencieuses et habituées à s’auto-évaluer prendront le temps de se relire et de se corriger. Les garçons, n’aimant pas se relire, finiront plus vite mais avec plus d’erreurs. Pour arriver au même résultat final d’assimilation, il faut leur donner davantage d’exercices : ce n’est qu’en réfléchissant à nouveau sur l’exercice suivant qu’ils finiront par faire le bon raisonnement.
Moins soucieux de la forme il faudra les encourager à rendre des devoirs bien finis et présentables. Les filles en revanche devront parfois être freinées dans leurs élans de perfectionnisme pour accorder plus de temps au fond qu’à la forme.
Les sujets abordés doivent l’être sous des angles différents. Aborder une langue avec un texte du genre « Je fais mes courses » dégoutera les garçons de la langue.
La question « Comment vous sentiriez-vous si… ? » laissera les garçons secs mais inspirera les filles. Pour les garçons, dire : « Que feriez-vous si… ? »
Dans tous les domaines, privilégier l’action pour les garçons, l’approche causale pour les filles. Ex. : Aux filles : « Comment vous sentiriez-vous si vous étiez en 1787, que vous aviez faim, que la récolte était mauvaise… ». Aux garçons, commencer par la description de la bataille de Valmy.
Et l’on peut continuer ces applications pédagogiques dans beaucoup d’autres domaines
Tout cela bien sûr repose sur des tendances statistiques et la réalité peut être plus nuancée.

La Pédagogie différenciée…ailleurs

Aux Etats-Unis
Retour depuis quelques années aux écoles différenciées : sous l’impulsion des gouvernements fédéraux, près de 600 établissements publics mixtes sont devenus non-mixtes et souvent, avec uniforme. Raisons invoquées : la faillite des garçons, les brimades infligées aux filles, notamment dans les quartiers difficiles. Une étudiante aujourd’hui à la prestigieuse université de Stanford se souvient : « lorsque j’étais au collège, pendant deux années, nous, les filles, avons eu des cours de math séparés des garçons : il avait été observé que les filles réussissaient moins bien en math sous le regard des garçons ».

En Angleterre

Parmi les 25 écoles publiques en tête des classements, 21 sont non-mixtes
Parmi les 25 premières écoles privées secondaires, 22 sont différenciées. La première est une école de filles, Withington, à Manchester ; la seconde, une école de garçons, la Westminster School.

Un autre type de classement qui classe tous types d’école, publiques, privées et subventionnées distingue dans les 25 premières 12 écoles de filles, 9 écoles de garçons et 4 écoles mixtes.
Résultat impressionnant lorsque l’on sait que 2% des écoles publiques et 14% des écoles privées sont non-mixtes.
Le rapport Eurydice pour la Commission européenne note qu’ « En Angleterre, notamment, il existe une coïncidence significative entre les écoles sélectives et les écoles non mixtes. »

En Pologne

Depuis 2006, la Pologne cherche à mettre en place des établissements publics non-mixtes et parallèlement encourage les universitaires et les formations d’enseignants à entreprendre des recherches sur l’enseignement différencié.

En France

La Légion d’Honneur, seule école publique non-mixte, est un établissement d’excellence.
Dans le secteur privé, on compte maintenant plusieurs centaines d’établissements non-mixtes.
Certains établissements privé-sous-contrat ont instauré le libre choix des parents entre des classes mixtes ou non-mixtes, tel le collège Stanislas à Paris.
L’originalité, quel que soit le statut de l’établissement (mixte, non-mixte ou partiellement mixte) est le travail de réflexion mené à l’initiative de l’Institut pour la Formation des Maitres pour une pédagogie différenciée.

En Irlande, En Belgique et en Espagne
Selon Eurydice, l’Irlande signale une diminution récente du nombre des établissements non-mixtes
Les autorités éducatives irlandaises afficheraient aujourd’hui une politique explicite en faveur de
l’enseignement mixte ainsi que les gouvernements belges et espagnols.

Dans les pays nordiques

Les pays du nord de l’Europe développent beaucoup la pédagogie différentiée dans le cadre d’écoles mixtes : certains cours, certaines heures, certaines activités.
Certaines écoles primaires séparent à titre d’expérience les filles des garçons pendant de courtes périodes durant la journée, sans organiser de classes non mixtes fixes. L’idée est d’offrir plus d’espace à la fois aux garçons et aux filles.

Le Danemark et le Royaume Uni (Ecosse) signalent que l’organisation de l’enseignement non mixte est liée à des réflexions sur la façon de lutter contre l’échec scolaire et les problèmes comportementaux.

Si les écoles publiques non mixtes n’existent que dans sept pays et régions en Europe, ce type d’établissement existe dans le secteur privé dans presque tous les pays.

La plupart du temps, les décisions de mettre en place des classes non mixtes sont généralement prises au niveau de l’établissement. Les disciplines les plus courantes pour lesquelles des classes non mixtes sont généralement (mais pas seulement) proposées sont l’éducation physique, l’éducation sexuelle et les activités créatives.

Claire de Gatellier

Documents joints

  • Mais_ou_sont_passes_les_G-_v-_longue.docx - 38.5 ko

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions

Toutes les indications pour l'inscription de votre fils.

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter

Quelques Amis de Hautefeuille