Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Les effectifs en classe et la réussite des élèves

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Réflexion > Les effectifs en classe et la réussite des élèves

Quel lien entre les effectifs en classe et la réussite scolaire ?

Existe-t-il un lien entre les effectifs en classe et la réussite scolaire des élèves ? Est-ce que moins d’élèves en classe signifie forcément un meilleur niveau scolaire ? Comme pour toute question ayant trait à la pédagogie, la passion est forte et balaye souvent la raison des faits. Cela est constaté sur la question de la mixité, qui est défendue alors même que les études scientifiques montrent qu’elle pénalise la réussite des élèves. Dans les grands lycées d’Ile-de-France les effectifs des classes sont souvent autour de 40 élèves. Dans les ZEP de la même région, ils sont plutôt autour de 20 élèves. Pourtant, ce sont dans les premiers que l’on réussit le mieux. La question est donc posée de savoir si l’effectif en classe à un impact positif sur la réussite des élèves.

Trois études, venant de trois milieux différents, permettent d’y voir plus clair sur ce sujet.

La première est issue du rapport annuel de l’OCDE –l’Organisation pour la Coopération et le Développement en Europe. Dans son Regards sur l’éducation de 2010 l’OCDE a étudié et analysé les systèmes scolaires des pays européens et des pays développés du monde. L’organisation a voulu comprendre qu’elles étaient les facteurs de réussite scolaire. Il ressort de cette étude qu’il n’y a pas de lien entre effectif et réussite. L’OCDE démontre qu’en France, en Belgique ou en Australie, les établissements privés sont très nombreux, que leurs effectifs en classe sont supérieurs à ceux des écoles d’Etat, et que ce sont pourtant ces établissements qui ont les meilleurs résultats scolaires.

La deuxième étude est le fruit d’un travail de Thomas Picketty, directeur de l’école d’économie de Paris, et de Mathieu Valdenaire, directeur d’étude à l’EHESS. Dans un rapport de 2006, remis au ministre de l’Education Nationale, ils concluent que les faibles effectifs par classe sont utiles dans les zones défavorisées, avec des élèves qui ont des difficultés, car ils constatent alors une amélioration de 14% des résultats pour les élèves du primaire. Mais ce chiffre tombe à 10% pour les collégiens, et à 3% pour les lycéens de ZEP, ce qui démontre bien que la réussite scolaire ne dépend pas des effectifs. D’ailleurs, dans des établissements accueillant des élèves doués ou sans difficulté, Picketty et Valdenaire démontrent que la réduction des effectifs n’influe pas sur la réussite scolaire.

La troisième étude émane du laboratoire en science de l’Education de l’université de Grenoble. Les chercheurs de cette université ont montré que la réduction des effectifs avait un impact significatif pour les élèves du primaire issus de milieux défavorisés, mais que, pour ces mêmes élèves, l’impact positif était très restreint au collège, et quasi nul au lycée. L’étude conclut que la réussite scolaire ne dépend pas des effectifs en classe, mais de la qualité des professeurs, et des méthodes pédagogiques.

Que conclure de ces trois études ? D’abord qu’elles émanent de milieux différents, mais qu’elles ne se contredisent pas, au contraire, elles vont dans le même sens. Elles démontrent toutes que la réduction des effectifs améliorent les résultats scolaires seulement au primaire, et pour une population d’élèves qui est issue de secteurs défavorisés, type ZEP. Pour les autres, cela ne joue pas. Au collège, et encore plus au lycée, moins d’effectifs en classe ne signifie pas plus de réussite, aussi bien pour les élèves de ZEP que pour les élèves d’établissements normaux.

Le fait que les deux dernières études démontrent cela, alors même qu’elles émanent d’institutions qui ont été le fer de lance du pédagogisme –et la réduction des effectifs est un des leitmotiv de cette école destructrice de l’éducation-, témoigne du changement important qui est en train de s’opérer dans le milieu éducatif, avec un retour au réel et au bon sens de plus en plus prégnant.

Finalement, quelles sont alors les conditions de la réussite des élèves ? Ces études en citent deux de façon claire, et une troisième en creux de leurs conclusions. Les deux premières conditions sont la qualité et la motivation du corps professoral, ainsi que les méthodes pédagogiques employées. La troisième est qu’un élève a plus de possibilité de réussir s’il se trouve dans une classe dont le niveau est bon. Ce qui compte, ce n’est donc pas tant l’effectif des classes, que l’ambiance de travail, la bonne camaraderie et le bon niveau scolaire des élèves, ce qui s’appelle la sélection scolaire.

Jean-Baptiste Noé

www.jbnoe.fr

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions

Toutes les indications pour l'inscription de votre fils.

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter

Quelques Amis de Hautefeuille