Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

La fête de Hautefeuille - Entretien avec Mmes Stemler et Payraudeau

lundi 13 décembre 2010

Vous êtes ici : Accueil > Nouvelles > La fête de Hautefeuille - Entretien avec Mmes Stemler et Payraudeau

Vous avez organisé la fête de cette année. Combien de temps met-on, en nombre d’heures mises bout à bout, pour préparer une journée de ce genre ? Et combien de réunions, de coups de fil cela représente-t-il ?

LP (Laurie Payraudeau) : L’expérience que nous avons acquise l’an dernier nous a permis de faire peu de réunions, trois dans mon souvenir, avec quelques coups de téléphone, mais surtout une grande profusion d’e-mails échangés entre nous. Pour ma part du travail, il y a trois grosses matinées pour faire le planning des aides qui tiendront les stands, envoyer les mails de rappel à tous pour préciser les horaires, et ensuite un temps long mais plus irrégulier pour gérer tous les imprévus, annulations, personnes qui refusent un stand pour en demander un autre, ce que je comprends, mais qui chamboule tout !

CS (Claire Stemler) : Notre principe est d’avoir le moins de réunions possible. Nous travaillons beaucoup par mail ; du coup on ne s’est retrouvé que 3 fois pour préparer la fête. Le temps passé à la préparation est conséquent mais il n’est pas trop lourd. C’est davantage l’effort intellectuel de penser à 1000 choses à la fois qui est prenant !

Vous n’étiez pas seule, même si vous aviez un rôle-clé (lequel, d’ailleurs, exactement ?). Combien de personnes ont été impliquées dans cette préparation ?

CS : Je suis la coordinatrice du comité de préparation, la "responsable". Ce comité regroupe 6 personnes, 1 homme et 5 femmes. Chacun est responsable d’un secteur particulier et le gère de façon assez autonome. Nous nous entendons très bien et on travaille dans la confiance et la bonne humeur.

LP : L’équipe qui gère et prend toutes les décisions de façon très démocratique et collégiale est composée de 6 personnes. Claire Stemler est la chef, avec Alexandre Mant qui fait une multitude de choses comme elle, en gérant toute la partie “hautefeuillienne”. Ensuite viennent Estelle Maréchal, à la décoration et au buffet, très gros travail ; Bénédicte de Kergorlay, à la caféteria ; Emmanuelle Vignaux, pour aider à tout et plus spécialement à la brocante ; et moi pour les stands. Après cela, il y a toutes les aides, difficiles à dénombrer, pour monter, démonter, tenir un stand, donner des lots, ...

Vous aviez déjà participé précédemment à la fête. Comment vous a-t-on “recrutée” ?

LP : La précédente chef m’a demandé un jour de l’aider, après que j’ai dit à Bernadette Boutin que je pouvais donner un coup de main en cas de besoin.

CS : La précédente responsable a beaucoup donné à la fête et n’avait plus d’enfants à Hautefeuille. Après avoir cherché des volontaires sans succès, le président de l’APASE m’a demandé de les aider.

Cette fête met-elle beaucoup de pression, y compris dans la vie de famille ?

LP : Non, je m’organise en faisant tout en l’absence des enfants. C’est l’intérêt d’être mère au foyer ! La pression est sur moi, avec le stress d’avoir oublié quelque chose, ou d’avoir une foule de de désistements. On ne dort pas très bien la nuit qui précède la fête !

CS : Bien sûr la pression monte petit à petit, plus on se rapproche de la date ! Ceci dit, c’est assez excitant ! Plus tout est organisé à l’avance, plus on est en paix et en mesure de gérer le problème de dernière minute, qui de toutes les façons surgira ! Il faut donc faire un gros travail d’anticipation ! La pression rejaillit bien entendu sur la famille. Mes enfants, habitués au luxe d’une maman "toujours là", apprennent plus ou moins facilement, à partager leur maman avec la fête ! Mais ils ont des compensations, comme faire les sachets de bonbons (en ayant le droit d’en manger 2 ou 3) ou voir les lots avant tout le monde !

Combien de stands, quel chiffre d’affaires, finalement quel bénéfice, au profit des bourses de Hautefeuille ?

LP : Il y a une dizaine de stands : brocante, librairie, mode masculine et féminine, gastronomie, buffet, cafétéria, remise des lots, bijoux, décoration maison... plus les jeux qui représentent une grosse partie de l’animation, surtout pour les jeunes garçons !

CS : Il y avait cette année un gros stand librairie, comportant 5 éditeurs différents et une belle brocante. Pour être dans l’ambiance de Noël, plusieurs stands vendaient des couronnes de l’Avent, des cartes de Noël, des objets religieux et les désormais traditionnels santons d’Hautefeuilliens et d’abbé en trottinette. Pour les mamans et leurs fillettes, nous vendions aussi des barrettes, des bijoux et de la mode féminine et masculine (cravates, ceintures et chemises). Pour les papas, nous proposons un stand gastronomie, avec des ventes de vins, de fromages, de pains d’épices, de miel et de confitures maison. Enfin, nous avons un gros stand de vieux jeux en bois, pour la plus grande joie des enfants. Le bénéfice d’une telle journée est d’environ 25 000 euros. Cette somme couvre la totalité des bourses et une partie des réductions pour les fratries.

Il a parfois été question d’abandonner le déjeuner, ou de limiter la fête à une demi-journée. En maintenant cette formule, quel était votre objectif ?

LP : Nous nous sommes posé la question de faire un dîner la veille au soir de la fête, idée qui a été abandonnée en raison du dîner des 25 ans de Hautefeuille qui arrive prochainement. Nous ne voulions pas saturer les parents. Quand à maintenir un repas durant la fête, cela nous a paru important, car c’est pour les parents l’occasion de se voir, de bavarder, et de faire plus ample connaissance entre eux, toutes choses également bonnes pour une école chaleureuse.

CS : nous souhaitons donner à cette fête un caractère familial et amical. Aussi, il nous a semblé important de conserver la formule du déjeuner, pendant laquelle les familles peuvent se rencontrer et discuter plus calmement. Cette année en plus, nous avons choisi de préparer nous-mêmes le déjeuner, pour que la journée soit la plus agréable possible pour les parents et les mamans en particulier, exemptées de cuisine pour ce repas ! Nous avons aussi servi 250 menus hot-dogs pour les enfants !

Le thème de la montagne était particulièrement présent, avec une déco très réussie, ainsi que le concours de dessin. Qui a décidé de ce thème, et quel était sa signification ?

LP : Ce thème a été trouvé par Estelle Maréchal, et voté à l’unanimité en raison de sa chaleur et des possibilités de décoration qu’il offrait. On peut lui trouver plein de significations : la montagne, lieu de la présence divine, la montagne, symbole de la vie humaine, lente élévation vers notre créateur, la montagne où l’effort est récompensé... Mais c’est très connu, alors cela n’a jamais été explicitement évoqué. Peut-être un bon précepteur pourrait-il le faire !!!

CS : Je ne me souviens pas de la personne qui a émis le thème. Chacun propose des idées et on voit quel thème semble le mieux convenir à l’esprit du collège, à la formule du déjeuner... L’année prochaine, mais cela reste un secret, le thème sera "le rugby"...

La vente des billets de tombola représente-t-elle des volumes importants, ou est-ce surtout pour investir les élèves dans leur collège ?

LP : les deux !!

CS : Cette année, la tombola a rapporté plus de 3700 euros. Il faut dire que le 1er prix était motivant pour nos garçons, une DS Nintendo, gentiment offerte par un parent. Cet argent est très nécessaire pour les bourses. C’est aussi un moyen pour découvrir des talents de commerciaux parmi nos garçons. Ainsi le meilleur vendeur de cette année, a vendu 19 carnets ! Il a été justement récompensé par 2 places pour un beau match de rugby au Stade de France !

L’an prochain, comptez-vous “passer la main” ou continuer la préparation de la fête, fortes de votre expérience ?

LP : Je serais ravie de continuer l’an prochain, à condition que la fête du futur lycée soit couplée avec celle du collège, ou alors éventuellement de monter avec quelqu’un une fête au lycée...

CS : La première année, vous observez et essayez de pas trop mal reproduire. La seconde, vous essayez de changer quelques aspects qui vont ont semblé un peu faibles. La 3° année, tout roule et à la 4°, vous préparez la fête avec les remplaçants.

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions

Toutes les indications pour l'inscription de votre fils.

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter

Quelques Amis de Hautefeuille