Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

La Garanderie « en bref »

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Réflexion > La Garanderie « en bref »

A. QU’EST-CE QUE LA GESTION MENTALE ?

La gestion mentale explore, décrit et étudie les processus mentaux dans leur diversité. Cette pratique, reconnue par l’Education nationale, s’appuie sur des bases scientifiques, à partir de l’expérience personnelle de très nombreux sujets.

En interrogeant les meilleurs élèves, Antoine de La Garanderie a acquis la conviction que la réussite scolaire s’appuyait sur l’usage de méthodes pédagogiques « spontanées » et sur des gestes mentaux bien particuliers, qu’il suffirait de faire découvrir à tous pour améliorer leurs résultats.

Pour simplifier, on peut dire que les esprits se divisent en trois « familles pédagogiques », suivant le moyen utilisé pour accéder à la connaissance : visuels, auditifs et sensori-moteurs. Les visuels privilégient les images visuelles, les auditifs les jeux de sonorités, la verbalisation ou « images auditives » ; les sensori-moteurs ont besoin de faire, d’écrire ou de toucher pour connaître.

Ces voies d’accès sont une « langue maternelle » pédagogique pour chacun. Cela n’exclut pas la possibilité de développer une seconde « langue » ; en revanche, une personne sera forcément plus à l’aise dans sa « langue » maternelle, et il serait maladroit de la contrarier, comme on peut « forcer » un gaucher à devenir droitier.

Cette « langue maternelle », bien intégrée à la vie intellectuelle de chacun, en est devenue presque inconsciente, et il faut, pour en faire le diagnostic, poser des questions bien particulières.

B. LE DIAGNOSTIC PEDAGOGIQUE

Etes-vous visuel, auditif ou sensori-moteur ? Pour commencer, un petit test. En levant les yeux de cette feuille, sans crayon, sans papier, effectuez le calcul mental suivant : 57+36= ?

Vous avez trouvé le résultat. Que s’est-il passé dans votre esprit ? Avez-vous posé l’opération dans votre tête, sous la forme d’une image visuelle ? Ou bien, avez-vous « verbalisé » en vous parlant intérieurement : « 50+30, 80 ; 7+6, 13 ; 93 ! » Ou encore, avez-vous eu besoin d’écrire avec les doigts, dans l’air, ou de vous imaginer écrivant ? Si vous entrez dans l’un de ces trois cas, vous appartenez à l’une des trois familles.

1) Je suis visuel : J’apprends mieux les tableaux, les textes illustrés, que les phrases belles et longues.
- Je « photographie » les mots, qui viennent s’afficher, sur mon « écran » interne, avec leur orthographe.
- Ma lecture est silencieuse et rapide, sans verbalisation.
- Je retiens les plans de cours écrits au tableau.
- Je situe ma leçon dans l’espace de la page, que j’ai reconstitué dans mon cerveau.
- Je me comporte de même hors du cadre scolaire.
- >> Pour apprendre, j’ai donc intérêt à associer le son à une image. Celle-ci peut être un symbole.

2) Je suis auditif : Pour apprendre, je redis la leçon à voix haute, je la « chante ». J’imite les tics de langage, les façons de parler du professeur.
- J’épelle les mots pour retenir leur orthographe.
- Ma lecture savoure les sonorités intérieures. Je me raconte des histoires.
- Je retiens des phrases entières de cours, que je note sans regarder au tableau (ce que je considère comme une perte de temps).
- Je retiens ma leçon en termes d’avant et d’après, et j’aime à jouer sur les mots ou sur les nuances du vocabulaire. Je suis à l’aise dans le débat.
- Je me comporte de même hors du cadre scolaire.
- >> Pour apprendre, je construirai donc de petites « phrases magiques », semblables à des slogans publicitaires de la radio, avec une rime ou une astuce verbale. Je retiendrai la règle dans sa formule précise.

3) Je suis sensori-moteur : J’ai besoin de faire des gestes physiques pour apprendre, de prendre des notes, de réaliser des fiches. Si mes mains sont inoccupées, je suis perdu. Si je lis, je verbalise aussi, mais c’est pour reproduire le geste de la lecture orale.
- >> Dans les situations où je suis obligé de ne pas utiliser mes mains, il faut que je m’imagine intérieurement en train de faire quelque chose, que je recrée dans mon esprit l’image de la situation gestuelle.

C. LES PARAMETRES

On peut être visuel selon un paramètre, auditif selon un autre. Il existe quatre paramètres, qui permettent de dresser un profil pédagogique :

- P1 : Evocation des choses, êtres, scènes et gestes
- P2 : Evocation des mots (mots vus / mots entendus)
- P3 : Evocation des rapports et des relations : lois, causes-effets, principes à conséquences, etc.
— Visuel : les figures géométriques, les équations, les règles de grammaire sont vues.
— Auditif : les énoncés des règles sont entendus.
- P4 : Evocation qui complète, prolonge et innove.

D. LES APTITUDES SCOLAIRES

- Le visuel : a des talents en orthographe d’usage, langues anciennes (latin, grec), géographie, géométrie, sciences physiques, chimie et biologie.
- L’auditif : a de l’aisance en développement littéraire et philosophique, leçons par cœur, histoire, langues.
- Le sensori-moteur : est « polyvalent ».

E. CONCLUSION

Une fois qu’on a pratiqué ce diagnostic sur soi-même, et qu’on a dressé, grâce aux paramètres, son profil pédagogique, on peut aider un enfant à en faire autant. Les étapes suivantes consisteront, éventuellement, à améliorer certains paramètres et à apprendre une nouvelle « langue » pour améliorer ses aptitudes.

Documents joints

  • télécharger - 336.5 ko

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions 2018-2019

Toutes les informations pour les

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter