Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

L’école et les garçons : la fracture sexuée (Auduc)

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Réflexion > L’école et les garçons : la fracture sexuée (Auduc)

Si les femmes restent pénalisées dans le monde du travail, les garçons sont à la traîne à l’école. Un livre de Jean-Louis Auduc, à paraître la semaine prochaine chez Fabert, propose des pistes pour une meilleure égalité scolaire.

Appelons-le Léo. Ce petit garçon de CE1 est turbulent, ses évaluations battent de l’aile. Un de ses parents – dans 73 % des cas, la maman – prendra rendez-vous avec l’institutrice (82,9 % des enseignants de maternelle et de primaire sont des femmes). Ensemble, elles vont peut-être décider qu’il verra un psychologue (qui sera, dans 80 % des cas, « une » psychologue), voire une orthophoniste (96,4 % de femmes). Bref, Léo n’est épaulé que par des femmes.

Dans un livre paru en 2015, le psychiatre Stéphane Clerget dressait le tableau d’une société où les jeunes hommes ont désormais du mal à se construire, privés de modèles d’identification. En cause : la disparition des hommes des métiers de l’humain (médecins, juges, profs, etc.), l’effacement de la figure du père, mais aussi une inadaptation de l’école conçue, selon l’auteur, par des femmes pour des filles.

En ce début d’année, Jean-Louis Auduc, professeur agrégé d’histoire, poursuit la réflexion dans son livre École : la Fracture sexuée, à paraître le 4 février aux Éditions Fabert.« Toutes les statistiques montrent que les filles, durant leur scolarité, lisent plus vite et mieux que les garçons, redoublent beaucoup moins à tous les niveaux du système éducatif, ont plus de mentions à tous les examens et diplômes, du second degré comme du supérieur », écrit-il. Pourtant, les politiques publiques ignorent ce constat, poursuit l’auteur. Il en résulte que là où des moyens sont engagés pour lutter contre la « fracture sociale », la « fracture sexuée » continue son travail de sape.

Ces constats un peu « sexistes » peuvent sembler à contre-courant de l’air du temps. Ils font suite en effet à plusieurs années de débat sur le « genre », où de nombreux spécialistes ont montré que les différences filles/garçons n’étaient pas « naturellement » marquées, et qu’il fallait lutter contre les « stéréotypes ». Mais Jean-Louis Auduc ne prétend pas se situer sur ce terrain-là. Ni remettre en cause les avancées de décennies de féminisme, qui ont permis aux filles de recevoir la même éducation que les garçons et instauré la mixité dans les écoles. Il veut limiter ses constats aux résultats scolaires, et leur chercher des solutions...

Le document ci-joint, d’où est extrait le texte qui précède, est un dossier paru dans La Croix du 6 janvier 2016.

Cf aussi LE CAFE PEDAGOGIQUE

Documents joints

  • ecole_garcons-2.docx - 24 ko

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions 2018-2019

Toutes les informations pour les

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter