Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Hautefeuille dans "le Petit Versaillais"

jeudi 12 mars 2015

Vous êtes ici : Accueil > Nouvelles > Hautefeuille dans "le Petit Versaillais"

Un article de Bénédicte de Laborie a été publié dans "Le Petit Versaillais" de ce mois, à titre de publi-information. Ce journal est diffusé dans 45 000 foyers des villes de Versailles, Buc, Viroflay, Le Chesnay, Rocquencourt, Saint-Cyr-l’Ecole, Louveciennes, Bailly, Noisy-le-Roi et Saint-Nom-la-Bretèche.

HAUTEFEUILLE : L’EXCELLENCE POUR VOTRE ENFANT

JPEG - 129.8 ko

Versailles regorge de bons établissements scolaires... Qu’est-ce qui pousse une cinquantaine de familles versaillaises à faire le choix d’envoyer leurs garçons au collège/lycée Hautefeuille à Courbevoie ? Hautefeuille serait-elle une école vraiment différente ?

Aujourd’hui, l’école de la République ne fait plus rêver. Simultanément, l’on assiste à un véritable boom d’écoles alternatives et indépendantes. Hautefeuille est l’une d’elles, tout en étant en contrat d’association progressif avec l’Etat.

Née en 1985 à l’initiative de parents soucieux d’assurer la meilleure formation à leurs enfants, ceux-ci font dès le départ appel à l’Opus Dei pour en assurer l’aumônerie. Aujourd’hui Hautefeuille accueille 325 élèves, de la Sixième à la Terminale, dans un esprit de collaboration entre parents et professeurs et une vision d’excellence... chrétienne : l’homme est un tout et chacun est appelé à faire de son mieux pour cultiver ses talents et œuvrer au bien de la société.

Le projet pédagogique repose sur trois piliers : développer la conscience et l’intelligence, transmettre la foi et former des hommes structurés en insistant sur l’acquisition des vertus humaines et l’exercice de la liberté et de la responsabilité, notamment en termes de discipline. Mais beaucoup d’écoles privées tendent vers ces objectifs, alors qu’est-ce qui concrètement démarque Hautefeuille ? La non-mixité, l’uniforme, le préceptorat, la formation proposée aux parents sont certaines caractéristiques propres. Ici l’école se veut le prolongement de ce qui se vit à la maison.

JPEG - 97.2 ko

La non-mixité ? Elle se redéveloppe, surtout outre Atlantique et Pierre Sauleau, le directeur de Hautefeuille, estime que les « classes unisexes sont plus unies ». A l’adolescence « la question du regard de l’autre joue moins ». Idem pour l’uniforme qui évite la discrimination vestimentaire. Elitiste cette vision de l’éducation ? Oui dans la mesure où elle tient l’exigence pour une vertu et considère que tous les élèves doivent être tirés vers le haut pour réaliser leurs talents, croyants ou non-croyants, bons et moins bons élèves (cours de soutien).

Dans cette vision intégrale de la personne, l’éducation ne s’arrête pas au collège mais doit aller jusqu’au bout de la formation, d’où la création du lycée en 2011 avec deux sections proposées, S et ES. Si au collège, les convictions se forment, au lycée la réflexion mûrit. Pas d’uniforme mais un code vestimentaire, davantage d’autonomie et de responsabilités accordées aux lycéens, des activités pour développer leurs capacités intellectuelles et méthodologiques (week-end de méthodes de travail, Académie Hautefeuille...). Et cela paye visiblement : en juin 2014, la première promotion de bacheliers a obtenu 100 % de réussite et 83 % de mentions...

Bénédicte de LABORIE

> De Versailles, l’école est aisément accessible en train (via la gare Rive-Droite)

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions 2018-2019

Toutes les informations pour les

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter