Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Franchise (5e)

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Méthodes et vertus > Franchise (5e)

Avoir le courage de dire toujours la vérité

1) La franchise, c’est marcher dans la vérité

• La franchise est un point fondamental des relations humaines. Si notre mère nous demande quel gâteau nous voulons pour notre anniversaire, elle attend de nous une réponse franche : vraiment fidèle à ce que nous pensons. Et cette réponse, nous avons intérêt à la donner. Alors, pourquoi ne pas être également francs, droits dans les questions plus difficiles ? Celui qui dit la vérité (ce qu’il pense, franchement) utilise les mots dans leur sens véritable. Il ne détourne pas le langage, il lui donne son plein usage. Un menteur est un peu comme un fou : en ne donnant pas aux mots leur vrai sens, il se détourne de la réalité et essaie d’en fabriquer une à son usage personnel. Mais cela n’empêche pas la réalité d’exister, c’est purement illusoire.

2) Napoléon et Joséphine

• Si l’on n’est pas sincère, c’est qu’on veut cacher la vérité. Et c’est impossible. Joséphine trompait napoléon. Elle allait dans une certaine rue, n° 111, pour y retrouver un beau capitaine dans un appartement prêté. Quand napoléon l’a su… elle a juré que c’était faux. Elle a écrit une lettre à la personne qui avait prêté l’appartement : le concierge de l’immeuble devait dire qu’il n’avait jamais vu ce monsieur, que l’appartement était inoccupé… mais la lettre, preuve du mensonge, existe toujours !

3) La sincérité rend heureux

• Celui qui dit les choses telles qu’elles sont est plus apprécié que celui qui dissimule. Il y a un petit village, dans le Sud de la France, qui semble très joli et agréable à vivre. Mais quelqu’un y a commis un meurtre, et n’a pas avoué son crime. Et pourtant la police est certaine qu’il s’agit de quelqu’un du village. Alors maintenant, tout le monde soupçonne tout le monde. La vie du village est comme empoisonnée. C’est la même chose dans une famille, dans un collège ; et en plus, on sait que « faute avouée est à demi pardonnée ».

4) Dire la vérité suppose parfois du courage

• Nous avons souvent honte de dire la vérité, d’avouer que c’est nous qui avons cassé le vase du salon ; et pourtant, nous ne devrions pas avoir honte de le dire, mais de le faire ! C’est parce que le diable est très rusé : il nous enlève la honte au moment de pécher, et nous la rend au moment d’avouer. Face à cette fausse honte, il faut rappeler que c’est toujours un acte vertueux que de dire la vérité, et que cela suppose parfois un courage héroïque. Si nous savons que nous serons punis, dire la vérité est une première manière de réparer notre faute, de déclarer que nous ne voulons pas recommencer.

• Dans la confession, nous avons la garantie du secret. Il en va de même avec nos parents, notre précepteur et nos vrais amis : quelle chance nous avons d’avoir tous ces moyens de nous décharger de secrets souvent lourds à porter ! Nous pouvons demander conseil, et souvent il suffit de parler de ce qui ne va pas, et tout s’arrange. Ce qui nous paraissait un énorme poids éclate comme une bulle de savon, et nous rions de nous-mêmes. Sincérité avec Dieu, avec soi-même et avec les autres. Toute la vérité, nous devons la dire aux parents et au prêtre.

• Mentir en confession, c’est mentir « au carré » : à travers le prêtre, on ment à Dieu. C’est un sacrilège et la confession n’est pas valable. Et quelle étrange démarche, que de se confesser à moitié ! Connaissez-vous l’histoire d’Ananie et Saphire (Actes 5, 1-11) ? Ils avaient vendu un champ et avaient décidé de donner une partie du prix aux apôtres. Mais ils voulaient faire croire qu’ils étaient encore plus généreux, et qu’ils donnaient tout l’argent. Ananie vint d’abord, et déclara cela à saint Pierre : il mourut sur le coup, comme foudroyé. Sa femme, Saphire, vint quelques heures après, demanda où était son mari, et fit la même déclaration. Elle mourut de la même manière. Dieu a voulu montrer ainsi qu’on ne peut lui mentir.

5) Une petite résolution

• Dire toujours la vérité, même si elle coûte.
• En confession, dire en premier ce qui nous coûte le plus : si une personne transporte de grosses pierres dans ses bras, et de petits cailloux dans ses poches, une fois arrivée à destination, elle va d’abord poser les grosses pierres, et c’est seulement après qu’elle vide ses poches. Il en va de même pour la sincérité.

Documents joints

  • 04avril5franchise-3.docx - 414.2 ko

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions

Toutes les indications pour l'inscription de votre fils.

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter

Quelques Amis de Hautefeuille