Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Franchise

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Méthodes et vertus > Franchise

A. Qu’est-ce que la franchise ?

1) Définition
- La franchise ou sincérité est la vertu qui consiste à dire les choses telles qu’elles sont : ce que j’ai vu, dit ou fait, ce que je pense ou ressens.
- Cela demande de la force d’âme : il est parfois dur de dire la vérité.
- Il faut aussi de la prudence, de la discrétion : tout n’est pas à dire à tous.
- Elle est enfin une application de la justice : dire la vérité à ceux qui y ont droit.
- La franchise dans la vie consiste à faire ce que l’on dit, à « marcher dans la vérité ».
- « Que ton oui soit oui, que ton non soit non » (Mt 5, 37). « La vérité vous rendra libres » (Jn 5, 32).

2) Vices opposés à la franchise
- Le mensonge, plus ou moins grave suivant les cas. Cela va du mensonge par omission jusqu’au faux témoignage et au parjure.
- L’hypocrisie : feindre de bons sentiments et agir différemment.
- La tricherie dans les devoirs et le travail.
- Le jugement téméraire : supposer un vice moral chez autrui, sans fondement suffisant.
- La médisance : dire, sans raison valable, le mal qu’a fait quelqu’un.
- La calomnie : attribuer à une personne un mal qu’elle n’a pas commis.

B. Pourquoi être franc ?

- La langue n’est pas faite pour dissimuler ou voiler, mais pour dire le vrai.
- Les mots doivent être le reflet des choses, et manifester les sentiments du cœur.
- Qui dit la vérité n’a pas à craindre de se contredire ou de s’emmêler.
- La franchise est une preuve de courage. Le martyr « rend témoignage à la vérité » (Jn 18, 37).
- Mentir, affabuler, flatter, dissimuler hypocritement, calomnier ou médire est souvent déloyal, lâche, immature et méprisable.
- Dire la vérité m’aidera à m’améliorer : on me dira ce que j’aurais dû faire, je recevrai un bon conseil et pourrai ainsi me corriger à temps.
- « Celui qui cache une tentation à son Directeur partage un secret avec le diable. — Il est devenu l’ami de l’ennemi. » (St Josémaria, Sillon, 323)
- L’homme sincère a des amis : on apprécie son âme, simple comme son œil.
- « Naturel, sincérité, joie : voilà des conditions indispensables à un apôtre, pour qu’il attire les gens. »
(St Josémaria, Sillon, 188)
- La sincérité rend heureux. On est apprécié, et on est à l’aise face aux autres.
- Faute avouée est à demi pardonnée.
- Si je suis sincère dans les petites choses, il me sera plus facile de l’être dans les grandes.

C. Pourquoi ne pas tricher ?

- Je ne triche pas, parce que je veux savoir ma vraie valeur. Une note qui n’exprimerait pas ma vraie valeur serait injuste.
- Si je commence à tricher, je prendrai l’habitude, et je ne ferai plus d’effort personnel.
- En trichant, je me prépare mal aux devoirs importants, où la fraude n’est plus possible.
- Tricher brise la confiance entre l’élève et le professeur ; ce dernier se doute qu’il y a fraude, et se met à guetter la défaillance.
- Tricher brise ma propre confiance en moi-même ; ne sachant plus ce dont je suis capable seul, je ne peux plus progresser.
- Si je triche, j’ai une mauvaise image de moi-même. J’ai honte, avec une peur constante d’être découvert.
- Tricher est dangereux. Quand cela réussit, cela n’améliore que les notes ; si je triche, je n’apprends plus, et donc je perds mon temps.
- La triche de certains élèves entraîne la jalousie des autres, et installe dans la classe un sentiment d’injustice et d’impunité. En trichant, j’autorise les autres à tricher.

D. Comment être franc ?

1) Envers Dieu
- Je Lui dis tout ce qui m’arrive, et je fais de même avec le prêtre, dans la confession. Mentir en confession, ce serait mentir à Dieu.
- « Agissons toujours, en présence de Dieu, de telle manière que nous n’ayons rien à cacher aux hommes. » (St Josémaria, Sillon, 334)

2) Envers moi-même
- Mentir à soi-même est une grosse bêtise.
- Je fais l’examen de conscience quotidien : quelques minutes de réflexion pour faire un bilan et voir ce que je peux améliorer.
- « Sois d’une sincérité « sauvage » dans ton examen de conscience. » (St Josémaria, Sillon, 148)

3) Envers les autres
- Tout dire, mais en évitant les mots qui blessent et la provocation.
- Parler seul à seul quand on sent que l’interlocuteur pourrait se sentir blessé.
- Dire en premier ce qui coûte le plus : ainsi, j’en suis débarrassé.
- Me moquer du qu’en dira-t-on.
- Garder ma personnalité : en groupe, ne pas réagir en « caméléon ».
- Montrer rapidement mon carnet de notes.
- Transmettre les papiers à signer dès qu’ils arrivent, en ouvrant mon cartable.
- Dire vite aux parents ce qui ne va pas.
- Ne jamais tricher dans le travail scolaire.

Documents joints

  • Fiche à imprimer - 59.5 ko

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions

Toutes les indications pour l'inscription de votre fils.

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter

Quelques Amis de Hautefeuille