Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Force d’âme

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Méthodes et vertus > Force d’âme

A. De quoi s’agit-il ?

- La force d’âme est une vertu qui affermit ma volonté pour qu’elle tienne bon dans la recherche du bien, malgré les difficultés qu’elle rencontre.
- C’est une vertu cardinale : la capacité à attaquer avec audace, et à résister avec persévérance.
- « La force est l’amour qui supporte tout en vue de ses amours. » (St Augustin)
- « Est fort celui qui persévère dans l’accomplissement de ce que sa conscience lui dicte de faire ; celui qui ne mesure pas la valeur d’un travail exclusivement aux bénéfices qu’il en retire, mais aux services qu’il rend aux autres. Le fort souffre parfois, mais il résiste ; il pleure peut-être, mais il boit ses larmes. Quand la contradiction redouble, il ne cède pas. »
(St Josémaria, Amis de Dieu, 77)
- La force s’appelle aussi courage, initiative, audace, résistance.
- Les vices ennemis de la force sont l’indifférence, l’apathie, le manque d’envie et le caprice.
- Les vertus qui l’accompagnent : la grandeur d’âme, la générosité, la patience, la sérénité et la persévérance.

B. Pourquoi vivre la force ?

- Je veux aller jusqu’au bout de mes décisions. À quoi ressemblerait une volonté qui n’irait pas au bout de son projet ?
- Je ne suis pas un animal irrationnel : j’agis pour des raisons précises et ne change pas d’avis comme de chemise.
- La force me donne du caractère.
- J’ai besoin de faire face à la mentalité actuelle, qui ramollit ma volonté, qui ne recherche que le plaisir, qui limite souvent la vie à la matière, et qui a horreur du renoncement et du sacrifice.
- En prenant de bonnes habitudes, je résisterai mieux à la tentation.
- Si je suis fort, j’entraînerai les autres, mon exemple les attirera à la foi et à la sainteté. Je serai apôtre autour de moi, dans mon travail.
- « Votre adversaire, le diable, rôde autour de vous comme un lion rugissant, cherchant qui dévorer : résistez-lui, forts dans la foi. » (1 Pierre 5, 9)
- Je ne veux pas craindre l’opinion des autres, ni la mort, si je suis dans mon droit. Il faut bien mourir un jour.
- Je veux réaliser de grands projets.
- Je suis fort par amour : de Dieu, de l’Église et de ma famille.

C. Comment vivre la force ?

1) Je résiste

- J’accepte les contrariétés avec le sourire.
- Si c’est une douleur nécessaire (dentiste...), je pense aux avantages qu’il en résultera pour l’avenir.
- Une douleur sans motif (se pincer dans une porte...) : je pense à l’offrir à Dieu, lui donnant ainsi une utilité. De même pour une maladie, un accident grave.
- Une douleur injuste (un camarade m’a frappé sans motif...) : j’essaie d’obtenir juste réparation.
- J’apprends à faire de petits sacrifices pour les autres : ne pas choisir le meilleur fauteuil, ne pas prendre la plus grosse part, ne pas m’approprier l’ordinateur familial.
- « Habitue-toi à dire non, » disait saint Josémaria (Chemin, 5). Non à quoi ? À la tentation, au petit plaisir inutile, à la colère, à ces petits caprices qui ramollissent ma volonté.
- Pas d’ordinateur hors des horaires prévus.
- Je suis constant : je poursuis les activités commencées en début d’année, y compris lorsqu’elles ont cessé de me plaire.
- Je résiste aux tentations : sentir n’est pas consentir, et ma volonté se renforce ainsi.

2) J’attaque

- La « minute héroïque » : je me lève et me couche à l’heure, je commence à travailler juste après le goûter, sans jouer ni lire.
- Je me fais une grille horaire que j’affiche devant mon bureau.
- Je travaille malgré la fatigue : « Les guerres sont gagnées par des soldats fatigués » (Foch).
- Si j’ai beaucoup de travail, je me fais une liste des choses à faire, je morcelle la tâche, et je la réalise petit à petit, sans me décourager.
- Je cherche ma force en Dieu : je me remplis de désirs de sainteté en considérant fréquemment que Dieu est un Père, et que, par le Baptême, Il m’a donné la grâce suffisante pour être saint.
- Ordre et propreté : je range ma chambre, mon armoire et les objets dont je me sers. Je plie mes vêtements chaque soir.
- Je travaille assis plutôt que couché, et je ne me lève pas pendant le temps de mon travail.
- J’ai l’esprit sportif : je me dépasse, je combats mes défauts, jour après jour.
- Je vais à la Messe chaque dimanche : c’est le rendez-vous des catholiques et un commandement de l’Eglise ; un rendez-vous d’amour avec Jésus, qui a donné sa vie pour moi.
- Je fais ma prière chaque jour.
- J’obéis aux parents du premier coup.
- Je mange ce qui est servi, même si cela ne me plaît pas.
- Je mets la dernière pierre dans mon travail : relecture, soin, présentation.

Documents joints

  • Fiche à imprimer - 197.5 ko

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions 2018-2019

Toutes les informations pour les

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter