Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Echange linguistique avec Séville

mardi 12 mai 2009

Vous êtes ici : Accueil > Nouvelles > Echange linguistique avec Séville

« Il faut se dépêcher, s’il vous plaît, l’avion ne va plus tarder à partir ». L’hôtesse de Transavia nous demande de nous rendre au plus tôt à l’embarquement. Mais il n’est pas si facile de se quitter. Nous sommes à l’aéroport de Séville, après cinq journées très intenses et inoubliables : il y a des embrassades et des salutations chaleureuses « on se reverra bientôt à Paris ! », « Merci de votre accueil », on s’échange les numéros de téléphone et les adresses mail.

Nous sommes arrivés à Séville samedi dernier, le 28 mars, pour un « séjour d’étude », un échange linguistique et culturel avec le collège de Tabladilla, et on pouvait sentir une certaine appréhension à l’arrivée « mais qu’est-ce que je viens faire ici… ? Je sais à peine parler et je vais être parachuté dans une famille. Je veux rentrer à la maison ! » Chacun est parti dans sa famille, avec un sourire de bonne éducation qui masquait mal une certaine inquiétude.

Et pourtant, ce sont des visages radieux qu’on retrouve le lundi matin au collège Tabladilla. « Hola ! Qué tal ? », « muy bien, y tú ? ». On raconte ses aventures et déjà quelques mots d’espagnol se glissent dans les conversations : « sí, sí, claro ». Geoffrey est monté à cheval, Louis est allé au bord de la mer, Cyprien a fait plusieurs restaurants, Yacin a participé à un tournoi de foot... bref, chacun a découvert une famille d’adoption. Quelques jours après, au cours d’une visite en ville, une dame s’approche du groupe et me dit : « Je suis la maman de Thibaut, est-ce que tout va bien ? je lui ai préparé son pique-nique pour midi. Bonne journée ! » Thibaut fait bien partie de la famille désormais.

Mais le car jaune et bleu de transport scolaire nous attend. Il faut quitter le collège. Les rues de la capitale andalouse, les monuments de l’antique Hispalis nous attendent. Les visites se succèdent mais nous ne sommes pas un groupe de touristes américains ou japonais. Lorsqu’on arrive dans le « parque de Maria-Luisa », un jardin créé aux abords de la ville pour l’Exposition ibéro-américaine de 1929, on s’imprègne du lieu. S’il y a des escaliers, on monte les marches, et on redescend, il suffit d’apercevoir un pont pour que déjà on soit en train de le traverser. Certains profitent de chaque banc pour se reposer un peu, d’autres achètent des « abanicos » (éventails) en souvenir pour leur maman. Cyprien nous accorde même un discours présidentiel du haut d’un balcon de la « Plaza de España » qui se trouve à l’extrémité du jardin. Le tout dans la joie et la bonne humeur et toujours respectueux des consignes données par les professeurs. On est ponctuel aux rendez-vous et on est aimable avec les personnes. Demain, nous visiterons des lieux plus confinés, des musées, la cathédrale, l’ambiance sera plus calme et attentive. Jeudi prochain, nous irons voir les arènes de la ville « La Real Maestranza » et même faire une balade en bateau sur le Guadalquivir.

Mais le sommet de notre séjour arrive le mercredi. Nous nous rendons à la « finca » de Curro Campos, l’un des élèves qui avait fait l’échange de l’an dernier. Il s’agit d’une propriété située dans le parc national de « Doñana » dans laquelle on cultive des oranges, des oliviers et on élève des taureaux. De belles bêtes. Nous aurons très vite l’occasion de le constater de près, et même de très près. A peine arrivés, Français et Espagnols (les élèves de Tabladilla nous accompagnent ce jour là) grimpent sur la charrette d’un tracteur pour pénétrer dans les enclos. Ce sont ces mêmes taureaux qui seront bientôt toréés dans les corridas de Barcelone, Grenade ou Malaga. On les observe de haut, on prend des photos et on prend surtout soin de bien refermer la barrière derrière nous. Puis, après le pique-nique dans le parc, le grand moment arrive : le match de foot, la rencontre « France-Espagne » qui se déroulera dans les arènes de la propriété. Nous dirons que ce fut un grand moment de sport (et nous tairons le score pour ne pas rappeler de mauvais souvenirs).

Et nous voilà arrivés à la fin du séjour. On a juste eu le temps de découvrir le pays, de se faire de nouveaux amis, de s’attacher à nos familles, et il faut déjà repartir. L’espagnol a désormais pris le dessus dans les conversations. Les parents nous font des éloges sur la gentillesse et la bonne éducation de nos élèves. Ils espèrent les revoir à Séville l’été prochain. Il faut se quitter, l’avion va décoller, et on aimerait bien le rater, mais il faut rentrer pour préparer l’accueil de nos correspondants. Nous espérons faire aussi bien qu’eux et leur offrir la grandeur de nos monuments et l’intimité de nos familles.

Portfolio

  • Les élèves de Hautefeuille devant Tabladilla

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions 2018-2019

Toutes les informations pour les

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter