Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

La Culture des Jeunes, par le Père Benoît Domergue

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Réflexion > La Culture des Jeunes, par le Père Benoît Domergue

Qu’y a-t-il derrière la « culture des jeunes » ? Et comment aider les jeunes à discerner ce qu’il y a de bon de ce qu’il y a de moins bon dans l’ensemble des musiques, des clips, des livres et des jeux vidéos qu’on leur propose ? Tel était le propos de la conférence du Père Domergue, prêtre du diocèse de Bordeaux, auteur de plusieurs livres sur le sujet, et connaisseur averti des concerts, des clips et des jeux vidéo.

Discerner, tel était le maître mot. A partir de clips comme celui de Lady Gaga, ou d’images tirées de jeux vidéo, le Père Domergue a invité son public, parents et élèves, à une exploration critique. Que signifie cette image ? pourquoi cette allusion antichrétienne ? pourquoi ce chapelet, ce cimetière, ce crucifix porté à l’envers ? Un certain nombre de thèmes associés à la culture musicale contemporaine véhiculent en effet une véritable idéologie antichrétienne, sans parler des autres aspects.

Comment comprendre et interpréter une image ? S’il s’agit d’une scène isolée, c’est difficile. Mais si toutes les parties d’une séquence convergent vers une même signification, c’est déjà beaucoup plus clair. Et si c’est le texte lui-même qui contient des références malsonnantes ou désagréables, que reste-t-il ?

S’agit-il pour autant de rejeter toute la musique moderne, tous les jeux vidéo ? Ou tout le rock « Metal » ? Non, bien sûr. Et parmi les sagas romanesques, ne doit-on accepter que celle qui font des clins d’œil au christianisme ? Non plus. Faire ce travail de discernement, cela veut dire ne pas se contenter de recevoir toute la culture que nous transmet la machine médiatique de façon passive : nous sommes des acteurs. En allant à tel concert, en téléchargeant telle musique, en lisant tel livre, nous votons avec notre argent, nos pieds, notre pouce. Nous sommes des diffuseurs et nous subissons ensuite l’influence de ces artistes que nous avons élus.

Il s’agit donc d’unité de vie, et d’un enjeu profond : le sens de la culture à laquelle nous donnons une place dans notre tête et notre cœur.

Silvestre BAUDRILLART

NOTES PRISES SUR LA CONFERENCE

Culture jeune ? Qu’écoutent nos enfants ? Avec quoi jouent-ils ? Que regardent-ils ?

Le père Domergue, auteur de plusieurs livres et prêtre à Bordeaux, est conférencier à travers toute l’Europe, souhaitant attirer l’attention des parents, des jeunes et des pouvoirs publics sur cette « culture ».

Cette culture est aujourd’hui un commerce mondialisé, une culture globalisée facile d’accès grâce à de nombreux vecteurs médiatiques (jeux vidéo, blogs, réseaux sociaux comme facebook, les concerts, musique metal et autres…)

L’origine du net, principal vecteur, est militaire. En effet de 1945 à 1950, l’armée l’utilisait d’après le postulat « control and command » avec des réseaux sociaux très puissants. Par exemple, Facebook touche plus de 300 millions d’interconnectés avec chaque jour 40 millions de messages et chaque semaine 2 milliards de liens. Le père Domergue relève la facilité avec laquelle toute personne peut accéder à des sites étonnants y compris les plus douteux. (Le réseau Flickr, réseau sur grand public, est très sanguinolent).

Sa mission ecclésiale et ses études (doctorat + Ecole Pratique des Hautes Etudes) le mènent à fréquenter régulièrement, depuis de nombreuses années, les milieux de cette « culture particulière » : les gothiques, qui suivent une tendance remontant au symbolisme du XIXe siècle ; les adeptes du « metal » avec ses festivals de masse, et, pour de nombreux groupes, des idées anti-christiques et anti-chrétiennes où prédominent la tristesse, le sang et la mort. A titre d’exemple, le P. Domergue a présenté la star du moment : Lady Gaga. Nous avons pu, à la vue de son clip « Bad romance » ou « Bad roma », constater les nombreux symboles chrétiens utilisés pour provoquer. Loin d’être discrets, masqués, les symboles sont visibles par le conscient et insupportables.

Observations sur ce clip : Il s’agit d’une crypte avec sept cercueils dont celui du centre est frappé d’une croix rouge et d’une annotation « monsters ». La baignoire fait penser à un autel, le crucifix en cristal et le chapelet sont utilisés comme des signes blasphématoires, on aperçoit un prêtre et un triangle équilatéral formé avec les doigts devant l’œil placé au centre, référence à la franc-maçonnerie. Dans ce clip, une multitude de signes religieux est utilisée dans un but blasphématoire où la mort l’emporte. D’énormes moyens (environ 500 000 dollars pour ce clip) sont déployés pour véhiculer des messages anti-christiques et anti-chrétiens. Autre clip du même acabit : Alejandro. D’autres artistes ont été évoqués dont Mylène Farmer.

Les jeux vidéo (MC3, GTA, blackops…) présentent eux aussi un véritable problème pour la jeunesse. L’accessibilité à tous ces jeux ne fait qu’augmenter les risques d’addiction avec des conséquences néfastes (nervosité, manque de maîtrise de soi, dépendance…) Le P. Domergue, consultant auprès des services de psychiatrie (à Trousseau, par exemple), ou de responsables politiques, confirme que ces effets sanitaires deviennent une préoccupation nationale pour les professionnels.

Il nous présente un film où lui-même joue à Call of duty. Ici tout est orienté ; l’ennemi est barbu, on tue, le sang coule abondamment et par le choix d’options on peut augmenter cette sensation « gore » (son, couleurs agressives…). Le problème est que le joueur n’est pas « seulement » spectateur passif d’un film, mais acteur d’une séquence qui peut atteindre des degrés de violence inouïe.

La lecture d’un encéphalogramme, après fixation d’électrodes sur le cerveau d’un joueur, laisse paraître des états de transe. Ce qui laisse imaginer les conséquences de ces jeux à long terme sur le comportement d’un jeune.

Données psychologiques :

1-conditionnement : -excès de décibels (bloomer gigantesque)
- stroboscopes (non pas 10 flashs seconde comme le prévoit la législation mais plus de 30 !)
- effet de masse
- toxiques

2- phénomène de transe

3- expérience paroxystique

Tout est mis en synergie avec l’aide d’ingénieurs qualifiés pour que ces expériences soient publiques. Le passage à l’acte possible dure alors des heures… d’où le danger de certains concerts.

Les trois « A » : Anyone, Anytime, Anywhere
- Cette culture s’adresse à tout le monde, tout le temps, n’importe où. D’autant plus facilement que les medias sont puissants. Tout, tout de suite, pour tous. Formule magique pour fabriquer des capricieux, des égoïstes, loin des buts de l’éducation à la maturité.

Santé :
- Le cerveau a une action chimique sur le corps avec un fonctionnement hormonal et une autre action câblée avec un fonctionnement neuronal. Il est certain que le jeune prisonnier du jeu voit sa liberté aliénée. L’hypnose et la dépendance anesthésique sont alors un risque majeur.

Expérience de synesthésie :
- Cette expérience met en interférence les cinq sens. La frontière entre le son et la vue est altérée ; on se surprend à voir des sons et à entendre des couleurs. (Expérience de formes et de couleurs en mouvement très rapide avec un son très fort).

Cette provocante culture, avec de très nombreux signes, se développe dans un monde d’argent avec des éléments psychologiques très négatifs. Or, l’être humain, c’est aussi une âme.

Langage anamorphique et ésotérisme :
- Quelques exemples de ces phénomènes :
- Mylène Farmer en concert arborant plusieurs crucifix dans son chignon et sur sa tête. Sa tête est transformée en calvaire et l’arrière du chignon figure une tête de mort.
- Jeune fille et jeune garçon sous une voûte romane ; à y regarder de plus près on voit en réalité une tête de mort.

C’est la pleine culture de mort dont parlait déjà Jean Paul II. Il est certain que ces dernières décennies s’est développée une nouvelle religiosité anti-christique.

Il nous faut rester vigilants pour veiller à ce que les sens de nos enfants ne soient pas sursaturés.

Le père Domergue conclut en nous invitant à être emplis d’espérance, la lumière l’emportant toujours sur les ténèbres. Son propos avec nos garçons le lendemain est de les inviter à une cohérence de vie : puis-je dire aimer le Christ et son Eglise, et me complaire dans ce genre de culture ?

Questions diverses :

A propos de la science-fiction ou de la fantasy, elle devient mauvaise lorsque le mal domine. Ex : à partir du tome IV, Harry Potter laisse apparaître la magie noire : on n’est plus dans la lutte du bien contre le mal mais entre deux puissances maléfiques : magie blanche contre magie noire.

Nous sommes dans une société d’images, où il nous faut connaître certains codes pour savoir les analyser et ainsi connaître les risques. Par exemple au moment d’acheter un disque, se poser des questions devant des pochettes couvertes de noir et de rouge sanguinolent, sur lesquelles certains mots figurent (murder, death, blood, destroy…).

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions 2018-2019

Toutes les informations pour les

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter