Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Apprendre à aimer

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Méthodes et vertus > Apprendre à aimer

A. Le cœur

1) De quoi s’agit-il ?

- « Aimer » a plusieurs sens : j’aime la confiture, un animal, un ami, ma femme/mon mari.
- Le siège des émotions n’est pas le cœur, mais le cerveau reptilien. Cette zone très primitive du cerveau influe sur les réactions du cœur (l’organe) : battements accélérés, par exemple.
- « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point » (Blaise Pascal). Les réactions du cerveau reptilien ne passent pas par les circuits habituels de la réflexion. D’ordre instinctif, elles me poussent à agir sans réfléchir.
- Le mot « cœur » a l’avantage de désigner à la fois la chair et l’esprit.
- Le cœur est un moteur. Ce que j’ai envie de faire m’entraîne. La plupart du temps, c’est parce que j’aime que je m’engage.
- Ces impressions sont passagères. Ce sont « les intermittences du cœur ». C’est pourquoi le sentiment ne suffit pas à fonder une relation. L’enthousiasme n’a qu’un temps.

2) Le cœur et la raison

- Il n’est pas sain que les émotions l’emportent sur les raisonnements. La raison doit prendre le pas sur le cœur. C’est pourquoi il est conseillé de dominer ces réactions, ou tout au moins d’empêcher qu’elles ne s’expriment trop.
- Il faut savoir aussi écouter ses émotions : la compassion, par exemple, ou l’indignation.
- J’ai des devoirs, des responsabilités, des engagements : ces obligations sont prioritaires.
- La volonté prime sur les envies. Ce que j’aime réellement peut, à certains moments, ne plus me faire « vibrer ». Mais l’amour vrai est plus profond que les sentiments.

3) L’affection filiale

- L’affection filiale est, dans l’histoire de chacun, le premier des amours.
- Elle est profondément naturelle : l’enfant a vécu neuf mois dans le ventre de sa mère, et le sourire de celle-ci a accompagné tout son début de vie.
- Elle se manifeste par des gestes très intimes : câlins, caresses, baisers…
- Elle est aussi un regard et une écoute. Grâce à cela, l’enfant mûrit par imitation.
- L’affection contribue à construire l’enfant. L’enfant justement aimé saura aimer justement.
- Aimer, c’est aussi exiger et corriger. « Qui aime bien, châtie bien. »
- Au-delà des parents, les oncles, tantes et grands-parents peuvent jouer un rôle important.
- Les frères et sœurs peuvent être de bons confidents et étayer cette construction.

B. L’amitié

1) Camarades, copains et amis

- Mes camarades sont ceux qui sont avec moi à l’école ou dans mes activités de loisir.
- Mes copains sont ceux qui me plaisent plus particulièrement parmi les camarades. J’aime être avec eux, nous faisons des activités en groupe, j’appartiens à leur « bande ».
- Mes amis sont plus intimes : ils savent beaucoup de choses sur moi, et je leur fais confiance. La vraie amitié est une communauté de vie.
- Jésus, lui aussi, avait des amis : Lazare, Marthe et Marie, l’apôtre Jean, Joseph d’Arimathie…
- Dans la foi, tous les baptisés sont mes frères.

2) Bien choisir ses amis

- Être l’ami de quelqu’un, cela veut dire lui faire vraiment confiance.
- Je m’efforce de choisir des amis qui aient plus de qualités que moi, que je respecte et admire : il est en effet difficile de passer du temps avec une personne sans qu’elle ne nous influence.
- Avec mes amis, je partage de vrais projets : ainsi cette amitié sera-t-elle constructive.
- Pour que l’amitié soit vertueuse, elle doit vouloir le bien de l’ami, et aller vers le bien général et l’honnêteté. Sinon, c’est de la complicité.
- Si un de mes amis n’est pas d’accord avec moi sur une question importante, touchant la foi ou la morale, il est normal que je le lui dise. Il n’est pas obligé de partager toutes mes convictions, mais je ne dois pas non plus le tromper en lui faisant croire, par mon silence, que nous sommes d’accord sur ce point.
- Supposons qu’un de mes « amis » ne partage avec moi aucune valeur, humaine ou religieuse. Peut-il vraiment rester un ami pour moi ? C’est plutôt un compagnon d’amusements.
- Si un de mes amis a sur moi une mauvaise influence, je dois rompre et m’éloigner de lui. Surtout si cette influence porte sur ma santé physique (drogue, alcool…) ou morale (sexe, vol, violence…).

3) Aimer vraiment ses amis

- Penser à eux : ils ne sont pas là que pour mon plaisir. Quand ils sont dans le malheur, je dois m’occuper d’eux, les consoler, les distraire...
- Leur rendre délicatement service.
- Les écouter : « Plus qu’à donner, la charité consiste à comprendre. » (St Josémaria, Chemin, 463)
- Surmonter les petites disputes en s’excusant ou en pardonnant.
- Prier pour eux.
- Les corriger si cela s’avère nécessaire : les aider à s’améliorer par un conseil amical.
- Faire de l’apostolat avec eux : leur parler de la foi, ou les aider à mieux la vivre.

C. L’amour

1) Qu’est-ce que l’amour vrai ?

- L’amour n’est pas seulement un sentiment, mais surtout la volonté de faire le bonheur d’une personne de l’autre sexe, et de se donner à elle entièrement.
- Le mariage est l’aboutissement normal d’un amour partagé : alliance d’un homme et d’une femme, dans une profonde communauté de vie, nid d’amour qui s’ouvrira naturellement aux enfants.
- L’amour vrai est joie partagée et don de soi.
- Le mariage n’est pas qu’un chemin de roses : s’attacher pour la vie à une autre personne, et élever des enfants, comporte des moments difficiles et des sacrifices importants, qui contribuent à la maturation et à la sanctification.

2) La vocation à l’horizon

- Je reste vierge : « Je me réserve pour le grand amour. » La femme de ma vie apprendra ainsi qu’on me mérite, que j’ai du prix.
- Et si ce grand amour était une aventure divine ? Il faut laisser aussi à Dieu la possibilité de nous choisir parmi ceux qui l’aimeront « d’un cœur sans partage ».
- Il y a deux chemins, deux amours : le célibat pour l’amour de Dieu, ou l’amour d’une femme, d’un mari, pour Dieu. Deux vocations à la sainteté.
- Ces deux chemins sont tracés sur mon humanité sexuée, que je dois bien connaître et maîtriser, et je les parcourrai avec mon cœur fait pour aimer.

3) Les hommes... et les femmes

- L’être humain est sexué : les richesses du patrimoine spirituel humain sont diversement mises à profit selon les sexes.
- « Homme et femme Il les créa » (Gen 1, 27) : nous sommes à la fois égaux et différents.
- Pour apprendre à apprécier ces nuances, et pour s’en enrichir et acquérir de la finesse, il n’est pas mauvais qu’un garçon ait des amies. Mais pour éviter qu’un sentiment un peu trop exclusif n’en vienne à être pris pour de l’amour, il convient de garder, dans ces amitiés féminines, une certaine distance.

4) Les risques de la mondanité

- La fête et la danse font partie des réjouissances normales d’une vie honnête sous le regard de Dieu. Mais comme elles comportent une certaine instabilité, il faut se fixer des limites : garder la « tête froide ».
- Je ne prends pas d’alcools forts, dangereux pour la santé et pour le contrôle de soi. L’ivresse n’est qu’une triste copie de la joie.
- Avec les personnes de l’autre sexe, je me comporte de telle façon que je n’aie pas à en rougir plus tard, une fois la fête passée. Le garçon, en particulier, doit se méfier de ses pulsions.
- Je ne me laisse pas entraîner par l’ambiance. Au contraire, j’impose délicatement ma propre ambiance.

5) Les pièges des relations virtuelles

- Être l’ami de quelqu’un, est-ce simplement l’ajouter à une liste ?
- Indiquer faussement, sur Facebook, que l’on est marié, en couple, ou que l’on recherche des femmes, relève d’une grande légèreté. Sur les choses importantes, on ne plaisante pas. C’est respirer sans masque dans une atmosphère très polluée.
- Peut-on dire des choses intimes, personnelles, en les écrivant sur un « mur », au vu de tous ?
- Les photos que je montre disent beaucoup sur moi. Ne pas diffuser d’images trop intimes, ni trop nombreuses. N’ouvrir son jardin secret qu’aux véritables élus du cœur.
- Une déclaration d’amour faite sur Facebook, c’est bien maladroit : rendre public, mettre sur les ondes un moment intime, unique, presque solennel.
- Éviter, bien sûr, de répondre à des inconnus.

6) Pour aimer, il faut connaître

- Avant de se déclarer, il faut se connaître soi-même, et connaître l’autre. L’impression ne suffit pas.
- Même si le « coup de foudre » semble avoir déjà eu lieu, il est capital de tisser, sans s’engager, des liens d’amitié : « s’apprivoiser, créer des liens ».
- Un sentiment fort n’est pas toujours de l’amour. Cela peut être un béguin, une passion passagère.
- Pas d’exclusivité : avoir plusieurs amies pour garder sa liberté de jugement.
- En amour, comme en amitié, il faut partager des projets communs. « Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction. » (Saint-Exupéry)
- L’amour unit toujours deux êtres différents. Si l’on songe au mariage, penser que ces différences peuvent parfois devenir un obstacle, si on les oublie trop vite au début.

7) Laisser agir le temps

- Le véritable amour s’éprouve par le temps. Comment aimer quand on est trop jeune ?
- Un amour solide ne peut se construire que sur une amitié solide.
- « C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. » (Saint-Exupéry)
- Partager les valeurs-clés : la foi, la conception du mariage (pour la vie), les idées sur l’éducation, l’avortement, la contraception…
- Se taire : se déclarer trop tôt, avant d’être vraiment prêt, c’est une autre manière de la tromper et de se tromper soi-même. Et de la faire souffrir.
- Pas de gestes trop intimes, de plaisirs volés. Penser à sa mère, à sa sœur.
- Suivre les vraies étapes : amitié, déclaration, fiançailles pures, mariage… sans anticiper.

Documents joints

  • Apprendre à aimer 1 - 39.5 ko

  • Apprendre à aimer 2 - 45.5 ko

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions 2018-2019

Toutes les informations pour les

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter