Collège et Lycée privés Hautefeuille

HAUTEFEUILLE

Collège - Lycée privés

pour garçons

Analyse logique en 6e

Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Méthodes et vertus > Analyse logique en 6e

A. Propositions

Une proposition est un groupe de mots qui a pour noyau un verbe.

— Indépendante : elle ne dépend d’aucune autre et aucune autre n’en dépend.
-  Ex. : Il pleut.
-  Tu ris et tu chantes. (ici, il y a deux indépendantes. Elles sont mises à égalité par la conjonction de coordination « et »).

— Principale : ne dépend de rien mais au moins une subordonnée en dépend.
-  Ex. : Je crains que cela ne l’impressionne.
- Je crains : prop. principale (on la reconnaît parce qu’elle est suivie d’une subordonnée, qui commence par un mot subordonnant, « que »)

— Subordonnée : dépend d’une principale, et est introduite par un mot subordonnant.

B. Indépendantes

— Coordonnée : elle est introduite par une conjonction de coordination.
-  Ex. : Tu ris et tu chantes.
- Tu ris : prop. indépendante
- et tu chantes : prop. indépendante, coordonnée à la précédente par la conj. de coordination « et »
— Juxtaposée : elle est séparée de la précédente par une ponctuation faible.
-  Ex : Je chante, je danse... sont des indépendantes juxtaposées.
— Incise : indépendante à sujet inversé, indiquant la personne qui parle.
-  Ex. : Je viendrai, dit-il, bientôt.
- Je viendrai... bientôt : indépendante
- dit-il : indépendante incise

C. Subordonnées

- Elles peuvent être relatives (si elles sont introduites par un pronom relatif) ou conjonctives (si elles sont introduites par une conjonction de coordination). La complétive est une variante de la conjonctive.
- Analyse : nature, introduite par (tel mot), fonction.

1) Subordonnées relatives

- La relative complète un nom ou un pronom.
- Introduite par un pronom relatif, elle est complément de l’antécédent :
-  Ex. : La chatte que je vois est malade
-  La chatte... est malade : principale
- que je vois :
- proposition subordonnée relative
- introduite par le pron. relatif « que »
- complément de l’antécédent « chatte ».

2) Subordonnées conjonctives

a) Conjonctive complétive

• Définition :
- La complétive complète un verbe.
- Introduite par « que » après un verbe, elle n’est ni supprimable ni déplaçable.
- Fonction : surtout COD ou COI (parfois sujet).
-  Ex. 1 : Je souhaite que tu viennes.
- Je souhaite : principale
- que tu viennes : - prop. sub. conj. complétive
- introduite par la conj. de sub. « que »
- COD de la principale (je souhaite « quoi ? »).
-  Ex. 2 : Je le persuade que tu es bon.
- que tu es bon : - prop. sub. conj. complétive
- introduite par la conj. de sub. « que »
- COI de la principale (je le persuade « de quoi ? »).

• « Que » peut introduire une relative ou une complétive.
- Comment faire la différence :
- s’il remplace un nom ou un pronom, il est pronom relatif, et introduit une relative ;
- mais s’il ne remplace rien (simplement placé après un verbe), il est conjonction de subordination et introduit une complétive.
- Ex. 1 : Ce chat que je vois est noir
- (« que » remplace « chat », il est donc pronom relatif : c’est une relative).
- Ex. 2 : Je sais que tu es malade
- (« que » ne remplace rien, il suit un verbe, il est donc conjonction de sub. : c’est une complétive).

b) Conjonctive circonstancielle

• Définition :
- La conjonctive circonstancielle est une proposition complément circonstanciel (de temps, de cause, de but...).
- Introduite par une conjonction de subordination ou une locution conjonctive (lorsque, parce que, pour que, que...), elle est supprimable et déplaçable.
- Ex. : Je viens parce que tu l’as dit.
- Je viens : principale
- parce que tu l’as dit : - proposition subordonnée circonstancielle
- introduite par la locution conjonctive « parce que »
- complément circ. de cause de la principale.

• Attention : « car », étant une conjonction de coordination, n’introduit pas une conjonctive circonstancielle. Il ne peut introduire qu’une indépendante coordonnée.
- Ex. : Je viens car tu l’as dit : cette phrase est constituée de deux indépendantes, coordonnées par « car ». Il n’y a pas ici de proposition subordonnée circonstancielle de cause, malgré l’idée de cause.

Documents joints

  • Analyse logique en 6e - 37.5 ko

Aider Hautefeuille

Par mon don, je contribue à promouvoir une éducation de qualité pour mes fils.

Inscriptions

Toutes les indications pour l'inscription de votre fils.

Autres informations

  • Ecole directe

    Prenez connaissance des notes et résultats de votre fils.

  • Calendrier

    Toutes les dates utiles du collège et du lycée.

  • Restons en contact !

    Par les réseaux sociaux

    FacebookGoogle +

    En vous abonnant à notre newsletter

Quelques Amis de Hautefeuille